Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Dzagoev, du caviar et des “patates”




Dzagoev, du caviar et des “patates”
Le grand espoir russe Alan Dzagoev n'est pas seulement un excellent passeur décisif, il a aussi montré en réussissant un doublé à l'Euro-2012 contre la République Tchèque (4-1) qu'il savait mettre des "patates" au fond des filets.
L'Ossète a explosé aux yeux du grand public avec ces deux buts, vendredi, mais l'éclosion de ce meneur-marqueur de 21 ans était programmée.
Et dire que ce n'est pas un buteur... Depuis ses débuts professionnels à 16 ans en D2 russe, au Krylia Sovetov de Dimitrovgrad, Dzagoev s'est surtout distingué par les "caviars" adressés à ses partenaires. Vite repéré par le CSKA Moscou, il a signé deux passes décisives et un but dès sa première titularisation en première division, face à Khimki. Il n'avait que 17 ans.
Il a aussi réussi des passes décisives -et un but- contre l'Inter Milan en Ligue des champions cette saison.
"Je ne pense pas aux statistiques, a-t-il dit après le match. L'essentiel est d'avoir gagné, et avec la manière. Je ne me sens pas euphorique, ce qui compte c'est l'équipe."
Cette polyvalence distributeur-finisseur fait de Dzagoev un des symboles de la Russie très offensive de Dick Advocaat, qui a fait exploser la défense tchèque. Milieu de terrain, il joue dans une ligne de trois attaquants permutant sans cesse, avec Andrei Arshavin et Aleksander Kerzhakov, dans le système de Dick Advocaat, le sélectionneur néerlandais.
Grand admirateur de Frank Lampard, Dzagoev est aussi un gagneur. Il est célèbre en Russie pour avoir fait la fine bouche après sa première sélection, en qualifications de Coupe du monde contre l'Allemagne, le 11 octobre 2008. Son entrée à la pause avait contribué à la réduction du score, mais il a jugé ses débuts comme "un échec" parce que la Russie avait perdu 2-1. Il venait d'avoir 18 ans, et ce culot de gagneur a beaucoup plu.
Après son grand match contre les Tchèques, il a encore laissé parler son ambition: "C'est très important de gagner le premier match, c'est une des six étapes vers la finale".
Cette mentalité, il l'a forgée en quittant, à 15 ans, sa Beslan natale, en Ossétie du Nord, république caucasienne de la Russie, et son équipe de jeunes de Vladikavkaz, la capitale, pour partir à un millier de kilomètre au centre de formation Académie Konoplyov, à Togliatti
Dzagoev revient aussi de loin, car il était donné perdu pour l'Euro après une fracture d'un orteil le 29 mars avec le CSKA: "J'ai pu reprendre vite, j'ai eu ma chance contre l'Italie (3-0) et je l'ai saisie, je remercie le coach de sa confiance".

Libé
Lundi 11 Juin 2012

Lu 235 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs