Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Du moisi dans des pots de yaourts plus nocif qu'estimé




Du moisi dans des pots de yaourts plus nocif qu'estimé
La moisissure apparue l'année dernière dans plusieurs lots de yaourts américains de marque Chobani était peut-être plus grave que ce que le fabricant avait bien voulu reconnaître à l'époque, selon une étude scientifique parue mardi aux Etats-Unis.
La société, qui affirme fabriquer les meilleurs yaourts grecs d'Amérique, avait rappelé un certain nombre de pots de yaourts en provenance de son usine de l'Idaho (nord-ouest) et présentant des dates de péremption comprises entre septembre et octobre 2013.
Plus de 300 consommateurs avaient à l'époque fait état de ballonnements, diarrhée, vomissements. 
Le fabricant avait alors jugé peu probable que "ce type de moisi ait des effets néfastes sur la santé" mais avait quand même rappelé les lots en question.
Des chercheurs de l'Université Duke en Caroline du Nord (sud-est) ont démontré dans la revue mBio que ce type de moisissure pouvait potentiellement être fatal aux humains. Selon eux, des souris à qui l'on avait injecté ce produit, étaient soit tombées malades soit étaient mortes. 
La société avait identifié le champignon à l'origine de la contamination comme étant du Mucor circinelloides, une espèce bien connue dans l'environnement.
Les chercheurs ont travaillé à partir des restes d'un pot de yaourt envoyé par un couple du Texas tombé malade après en avoir mangé.
Le produit, qui expirait le 30 septembre 2013, portait le numéro d'identification 16-012.
Les analyses de laboratoire ont démontré que le champignon détecté était une sous-catégorie du Mucor circinelloides (le Mucor circinelloides f. circinelloides, Mcc).
"Contrairement à d'autres souches de ce champignon, cette sous-catégorie particulière est souvent associée à de nombreuses maladies chez les humains", avance l'étude. 
Les chercheurs ont toutefois précisé qu'il n'était pas clairement établi que l'apparition de ce champignon soit responsable des maladies et malaises dont ont fait état les consommateurs. 
Cependant, ils fournissent un certain nombre de cas dans la littérature scientifique où le Mucor a "pu causer des infections fongiques mortelles après l'ingestion de médicaments ou de nourritures contaminées".
L'auteur et ses collègues démontrent par cette recherche que les agents pathogènes provenant d'un champignon peuvent être aussi dangereux que les bactéries, les virus et les parasites alimentaires. 
Chobani n'avait pas répondu dans l'immédiat à la demande de réaction de l'AFP.
 

Vendredi 18 Juillet 2014

Lu 106 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs