Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Du Botox à la pénoplastie, la médecine esthétique séduit les hommes en Tunisie




Botox, lifting ou liposuccion: jusque-là  essentiellement réservée aux femmes, la médecine esthétique se banalise au sein  de la gent masculine en Tunisie, signe d'une évolution sociétale sur un sujet  longtemps tabou dans ce pays du Maghreb.
A l'heure du "village planétaire", des selfies et des réseaux sociaux, le  "culte du corps" se développe et les Tunisiens "vont au bistouri plus  facilement", remarque Bouraoui Kotti, médecin spécialisé en chirurgie  esthétique, pour expliquer ce phénomène a priori surprenant dans une société  aux moeurs globalement conservatrices.
Pour le psychologue Kamel Abdelhak, cette tendance montre "un besoin de  puissance, une notion de +suprématie+". "L'homme qui veut mettre en relief son  pouvoir financier ou sexuel (...) va recourir à l'esthétique sous toutes ses  formes", selon lui.
Mais ce souci masculin de l'esthétisme a aussi des racines profondes en  Tunisie: "Nos ancêtres embellissaient leurs corps" avec des minéraux ou  utilisaient du henné pour les cheveux, rappelle-t-il.
La médecine esthétique est aujourd'hui devenue un "sport national", dit-il,  et les hommes ne font pas exception.
Hajer Lajnef, un médecin exerçant à Tunis, souligne que les interventions  de chirurgie esthétique chez des hommes, désormais "très demandées", concernent  d'abord de jeunes adultes qui cherchent une solution à la calvitie précoce ou  sont intéressés par une rhinoplastie "par injections", et ensuite par ceux qui  misent sur la toxine botulique pour combler des rides.
Cette spécialiste, qui exerce aussi à Paris et Dubaï, dit voir désormais  défiler dans son cabinet à Tunis plus de 50 patients masculins chaque mois,  majoritairement des hommes aisés, tels que des "chanteurs, acteurs, hommes  d'affaires, cadres, vedettes de télévision et politiciens".
Ils ont "le même souci qu'une patiente femme: ils cherchent à effacer les  traces du temps, remplir les pommettes ou avoir des lèvres pulpeuses et des  queues de sourcils tirées vers le haut", explique-t-elle. "Ils veulent à tout  prix être sexy."
Beaucoup d'hommes concernés refusent toutefois d'en parler. Venu se  débarrasser de rides au front, un patient âgé de 37 ans préfère ainsi garder  l'anonymat mais confie néanmoins à l'AFP: "L'homme a besoin de plaire et de se  plaire. Pourquoi se priverait-il de ce que la médecine lui offre pour rester  beau ?"
A contrario, Mohamed Assidi, 34 ans, qui a opté pour le Botox depuis trois ans, assume pleinement "le recours de l'homme à l'esthétique", car selon lui,  "cela ne touche en aucun cas à sa virilité". D'ailleurs, si certains amis se moquent de lui, d'autres "réclament des renseignements", dit-il.

Libé
Lundi 30 Novembre 2015

Lu 378 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs