Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Du 6 au 9 mai, Benguérir célèbre le Printemps culturel du Haouz : “Awtar” se place sous le signe du patrimoine




Du 6 au 9 mai, Benguérir célèbre le Printemps culturel du Haouz :  “Awtar” se place sous le signe du patrimoine
C'est du 6 au 9 mai que la deuxième édition du Festival Awtar, printemps culturel du Haouz, aura lieu cette année. Organisée par la Fondation de Rhamna pour le développement durable, l'édition de cette année est placée sous le thème "Patrimoine vivant et unité culturelle du Maghreb".
En effet, les organisateurs entendent par cette thématique souligner les liens très forts qui existent entre les pays du Maghreb qui appartiennent tous au même champ culturel. Pour ce faire, l'invitation a été adressée à des artistes algériens et tunisiens pour redonner de la vigueur à ces liens.
D'autre part, et pour souligner le prolongement culturel de la région de Rhamna vers le Sahara, une course de dromadaires sera organisée en même temps qu'une conférence sur la régionalisation en présence de penseurs et intellectuels de grande valeur, une manière de réitérer l'attachement de cette région au développement intelligent et intégré. Depuis la visite Royale, cette région connaît, en effet, une multiplication des chantiers qui touchent pratiquement tous les domaines, et ce pour en faire une plaque tournante du développement dans cette région du Haouz.  Ainsi, le printemps culturel entend honorer toutes ces ambitions et, en même temps, se placer en tant que rendez-vous culturel annuel incontournable.
Côté programmation, rien n'a été laissé au hasard. On a voulu satisfaire tous les goûts et donner la parole à plusieurs expressions artistiques. Il sera ainsi question de chant, de peinture, de projections de films maghrébins, de  fantasia, de costumes et de rencontres-débats.
Au niveau de la chanson, la parole est donnée aux jeunes mais aussi à des vedettes et d'anciennes gloires.
Les jeunes invités à cette édition sont connus du public puisqu'ils sont tous ou presque lauréats d'émissions-concours à l'instar de Studio 2M, Stars Academy  et  Noujoum  Al Ghad. A cet égard, le public qui ne manquera pas d'être nombreux, retrouvera Laila El Gouchi, Saâd Lamjarrad, Hajar Adnane, Imane Karkibou, Hatim Ammor, Hatim Idar, Meriyem Benmir et d'autres. Et  pour rendre hommage à la mémoire maghrébine, on va interpréter d'anciens succès de Houcine Slaoui, Haj Anka, Rabah Daryassa, Ahmed Hamza, Salim Lehlali entre autres. Il est vrai que tous ces chanteurs nous ont bercés de leurs chansons que tout le Maghreb continue de fredonner.  Les chanteurs algériens, Battouche Lamia et Taibi Nourddine et le Tunisien Tarik Tounsi  se joindront à cet hommage rendu  à l’ancienne chanson maghrébine.
Pour les stars, la plus en vue est Khaled qui fera, une fois de plus, vibrer la scène et permet au public de vivre des moments inoubliables. En ce qui concerne les anciennes gloires, c'est à Hajja Hamdaouia qu'il sera donné de rappeler à l'assistance l'âge d'or de la chanson populaire pour laquelle elle aura le soutien de Haj Abdelmoughit qui, lui aussi, puise dans ce patrimoine.
La nouvelle génération n'est pas en reste et le public fera la rencontre de deux formations qui dominent cette scène, en l'occurrence Hoba Hoba Spirit et Mazagan.
D'autres invités viendront étaler leur savoir-faire comme  Samira Haddouchi qui va habiller les stars de cette édition et l'on sait le succès de ses costumes tant au Maroc qu'à l'étranger.
D'autres moments très forts seront aussi au rendez-vous tels la présence d'une troupe folklorique du Rajasthan qui alterne danse,  chant, musique et  spectacle de marionnettes.
Une autre présence de taille, celle de Lisbeth Buonanno qui après plusieurs années en haute couture à Paris, s'est lancée dans le monde du spectacle et a réalisé des  opéras  célèbres comme Carmen,  La Traviata et Don Giovanni. C'est elle qui fut derrière la réalisation de la scénographie de l'édition précédente.  Un invité de stature internationale sera également de la fête pour faire part de ses dernières compositions. Il s'agit d’Alain Huteau, un passionné de musiques ethniques et extra-européennes et qui mène des recherches sur les instruments de percussion à lames et verse dans la composition. Il entend échapper au phénomènes de mode en pratiquant la mixité des musiques et des cultures. D'ailleurs, il se définit comme un artiste écrivant  de la musique.
Ainsi, le Festival Awtar ratisse large cette année tout en préservant son cachet de festival purement culturel ; un festival qui ambitionne d'apporter une valeur ajoutée à la région.
A cet égard, Mohamed Ennaji, directeur des Festivals Awtar et des Alizés souligne qu'il s'agit avant tout, d'un projet culturel pour cette région et pour le Maroc. Pour lui, ce n'est nullement une manifestation ponctuelle du fait qu'elle doit se traduire par des retombées culturelles en favorisant la création de structures dans ce sens dans la région. Il s'agit, par ailleurs, selon lui, de montrer qu'il y a des choses à faire dans ce pays et qu'on peut les réaliser quand il y a volonté et savoir-faire.   

Abdeslam khatib
Lundi 3 Mai 2010

Lu 537 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs