Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Drôle de conception des droits de l’Homme du côté d’Alger

Farouk Ksentini prône l’expulsion des migrants syriens et africains




Drôle de conception des droits de l’Homme du côté d’Alger
Les propos sont choquants et celui qui les a tenus l’est encore plus. Farouk Ksentini, président de la Commission  nationale consultative de la promotion et la protection des droits de l'Homme  en Algérie (CNCPPDH), appelle à la fermeture des frontières algériennes devant les flux des migrants irréguliers et demandeurs d’asile syriens et africains. 
Dans une interview accordée au quotidien arabophone «Al Mihwar Al Yawmi», publiée dimanche dernier, le président de la CNCPPDH a indiqué que le nombre de migrants sur le territoire algérien est devenu inquiétant, ce qui exige l’interdiction d’accès au sol algérien pour tout migrant syrien ou africain ainsi que l’expulsion et le refoulement de tous ceux qui sont en situation irrégulière.     A ce propos, il a précisé que plusieurs rapports ont été adressés dernièrement à la présidence de la République, tirant la sonnette d’alarme sur l’augmentation de ces flux qualifiés de phénomène  intrus.   
Pour Farouk Ksentini, l’Algérie a rempli sa mission au niveau humanitaire  mais l’accroissement du flux des migrants pose problème pour le pays qui semble incapable de prendre des mesures dépassant ses moyens. D’après lui, le pays a des «priorités» plus urgentes qui demandent une lutte rigoureuse et ferme contre l’arrivée de ces migrants syriens et africains considérés comme des «assaillants».  Des recommandations qui ne semblent pas tomber dans l’oreille d’un sourd puisque l’Algérie, toujours selon le journal «Al Mihwar Al Yawmi», aurait décidé de réduire le délai de prorogation des visas pour les migrants syriens et ceux de nationalités africaines à 45 jours renouvelables contre 3 à 6 mois en vigueur auparavant.  
Mais quelle mouche a piqué Farouk Ksentini, président d’un organe institutionnel chargé d’assurer, auprès du gouvernement, un rôle de conseil et de proposition en matière des droits de l’Homme et du respect des garanties fondamentales accordées aux citoyens pour l’exercice des libertés publiques? Le président de la CNCPPDH a l’air, donc, d’oublier que tous les migrants doivent jouir de droits qu’il faut respecter et que la règle générale stipule que ces droits devraient être garantis sans discrimination entre les nationaux et les étrangers. Et que si les Etats sont libres de prendre des  mesures pour contrôler l’entrée des non-nationaux et empêcher le franchissement illégal des frontières,  ces mesures ne doivent en aucun cas être incompatibles avec les droits de l’Homme.  Des obligations stipulées par la Déclaration universelle des droits de l’Homme dans les articles 9 et 13 qui édictent que «Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé … Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays»  
Des dispositions que  Farouk Ksentini ne semble pas prendre en compte également s’agissant des refugiés. Lui, l’avocat des droits de l’Homme en Algérie, a oublié qu’au niveau de la loi internationale, «toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays». Une amnésie qui en dit long sur la culture de la défense des droits de l’Homme chez les responsables de la CNCPPDH. 

Hassan Bentaleb
Mercredi 10 Septembre 2014

Lu 2790 fois


1.Posté par mohamed le 10/09/2014 01:42
Drôle de conception des droits de l’Homme du côté d’AlgerFarouk Ksentini prône l’expulsion des migrants syriens et africains,dites vous?
Voilà un deuxième humoriste qui sait expliqué a un de nos confrère journaliste algérien ,Mr le ministre de la diplomatie et des affaires étrangères algérienne Mr RAMTANE LAMAMRA"Nous n'avons pas de différend avec le Maroc" Refutant l'existence d'un différend ou conflit entre l'Algérie et le Maroc, le diplomate algérien a estimé qu'«il n'y a point de conflit entre l'Algérie et le Maroc, ajoutant que «les deux pays sont appelés à rattraper le retard accusé en termes d'intégration économique». 
Le régime algérien ,dans son «verouillage» a tout controler sans laisser une part de liberté des droits de l homme et de reconnaisses culturelles et linguistiques a l identité amazighes a tout bonnement crée une fracture entre le peuple et l Etat algérien,aujourd hui nous constatons plusieurs mouvements indépendants et opposants au régime ,comme l exemple du MAK,mouvement autonome kabyle,le MAC ,mouvement autonome chaoui,le MAM,mouvement autonome du M'zab ,l AZAWAD....ect
Une vrai bombe a retardement..............

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs