Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Droits humains et migration au cœur du voyage marocain d’Emmanuel Golou

Le président du Comité Afrique de l’Internationale socialiste à Rabat à l’invitation de l’USFP




Droits humains et migration au cœur du voyage marocain d’Emmanuel Golou
C’est avec un ami traditionnel du Maroc que le Premier secrétaire de l’Union socialiste des forces populaires a dîné hier soir. Des agapes vespérales précédées d’un long entretien en tête à tête au siège r‘bati du parti de la Rose : le voyage marocain du président du Comité Afrique de l’Internationale socialiste, Emmanuel Golou, est assurément  l’un des événements de la rentrée politique de l’USFP.
Et c’est sous le signe des droits humains et de la migration que celui qui est président du Parti social-démocrate béninois effectue sa visite au Maroc; laquelle se prolongera jusqu’au 14 septembre. Aujourd’hui, Emmanuel Golou rencontre en effet le président du Conseil national des droits de l’Homme, Driss El Yazami, et le président de l’Organisation marocaine des droits humains, Mohammed Nachnach.
Le séjour marocain de ce socialiste de la première heure, membre influent de  l’Internationale socialiste, ne pouvait mieux tomber. Depuis la publication, en début de semaine, d’un rapport thématique  du CNDH consacré aux «Etrangers et droits de l’Homme au Maroc : pour une politique d’asile et d’immigration radicalement nouvelle », le Royaume inaugure une  "nouvelle politique marocaine d’immigration" que déclinera  un plan d’action opérationnel autour des quatre axes essentiels du rapport du Conseil national des droits de l’Homme. « Il est naturel que le président du Comité Afrique de l’I.S aborde les sujets des droits humains et de la migration. Ce sont des thématiques qui interpellent  le continent africain. Il est important que nous échangions, à l’occasion de la visite au Maroc de M. Golou, sur les stratégies en la matière à mettre en œuvre en tant que démocrates de gauche », explique l’Usfpéiste Ouafae Hajji, la présidente de l’Internationale socialiste des femmes.
 A la tête du comité « Afrique » de l’Internationale socialiste depuis mars 2013, Emmanuel Golou est en effet au plus près des actualités africaines.
Ses échanges marocains qui sont aussi et surtout politiques –avant de rencontrer, demain samedi, le maire de Rabat, l’Usfpéiste Fathallah Oualalou, il se réunit  également ce vendredi avec le Groupe parlementaire usfpéiste de la Chambre des représentants ainsi qu’avec  le président de la commission des affaires parlementaires de la Chambre des conseillers en plus du président du Groupe socialiste à la Chambre haute- seront une occasion de nourrir les débats et contributions du Comité « Afrique ».
Côté marocain, le Comité « Afrique » revêt toute son importance. C’est ici que sont débattues les questions relatives à la sécurité au Sahel et le dossier du Sahara. La RASD a, contre toute attente, le statut de membre observateur de l’Internationale socialiste. C’est également ici, dans cet espace dédié à l’Afrique, que l’USFP et ses alliés attirent l’attention des socialistes du monde sur «  les risques de toute déstabilisation de la région sahélo-saharienne, à travers le démembrement des Etats nations et la poussée vers des micro-Etats non viables et dangereux pour l’ensemble du continent et même ailleurs », conclut le leader de l’Union socialiste des forces populaires, Driss Lachgar.

Quid de l’IS ?

L'Internationale socialiste est l’organisation mondiale des partis sociaux-démocrates, socialistes et travaillistes. Elle rassemble actuellement 154 partis et organisations politiques de tous les continents. En tant qu’organisation non-gouvernementale, l’Internationale socialiste détient le statut consultatif (Catégorie I) auprès des Nations unies, et travaille à l’échelle internationale avec un grand nombre d’autres organisations. L’Internationale socialiste, dont les origines remontent aux premières organisations internationales des mouvements travaillistes, existe sous sa forme actuelle depuis 1951. Depuis lors, ses activités ont augmenté considérablement, le nombre de partis et organisations membres doublant au cours des dernières années. Un grand nombre de partis membres de l’Internationale, dans tous les continents, sont actuellement au pouvoir ou bien représentent la force d’opposition principale. 55 membres de l‘Internationale sont actuellement au gouvernement.

Narjis Rerhaye
Vendredi 13 Septembre 2013

Lu 788 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs