Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Driss Lachguar au 1er Congrès de la Chabiba ittihadia à Agadir

L’USFP défend un islam ouvert, un islam de droit et de création et non un islam de la stagnation et de l’obscurantisme




Driss Lachguar au 1er Congrès de la Chabiba ittihadia à Agadir
L’USFP «fait l’objet d’une campagne abjecte de ses ennemis pour le détourner des vraies questions afférentes à la chose publique. Ils veulent nous entraîner dans des discussions byzantines». Le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, a choisi cette fois la tenue du 1er Congrès de la Chabiba ittihadia à Agadir pour adresser ce message aux obscurantistes et aux fanatiques ignares qui servent l’agenda des courants de l’islam politique. Pour le dirigeant ittihadi, l’USFP est un  parti responsable et, partant, il n’entrera pas en polémique avec eux pour discuter des choses futiles au lieu de débattre des vrais problèmes qui touchent les citoyens marocains, à savoir l’emploi, la santé, l’enseignement et les droits sociaux.
Le Premier secrétaire a dressé une ligne de démarcation entre l’islam prôné par les soi-disant oulémas qui servent les agendas des courants passéistes et rétrogrades et l’islam ouvert prôné par les vrais oulémas dont regorge Dar El hadith El Hassania et les Facultés de la charia et des études islamiques.
Driss Lachguar a rappelé dans ce sens l’apport de Cheikh El Islam Moulay Larbi El Alaoui qui a marqué l’USFP par la vision ouverte et tolérante de l’islam qu’il avait toujours prônée. « Je suis fier  d’avoir assisté à l’ouverture du Congrès extraordinaire du Parti en 1975 qui a été présidé par l’érudit Omar Essahili El Moutawakil. L’USFP a toujours prôné un islam ouvert et lutté contre toute tentative d’y introduire une hiérarchisation  pareille à celle du christianisme. L’USFP défend un islam ouvert, un islam de droits et de création et non un islam de la stagnation et de l’obscurantisme que prônent, ces derniers jours, certains pseudo-oulémas au service d’une partie connue et visant à nous empêcher de nous intéresser à la gestion de la chose publique par le gouvernement».
Quant aux menaces proférées récemment par un certain Abou Naïm à son encontre, Driss Lachguar, qui a été accompagné, lors de l’ouverture de ce Congrès, par deux membres du Bureau politique, en l’occurrence Amina Talbi et Ahmed Abouh, a rappelé aux 160 congressistes de la Chabiba Ittihadia, que les dirigeants de l’USFP ne reculent jamais devant les menaces des obscurantistes comme le démontre le martyre du leader Omar Benjelloun assassiné en 1975 par des fanatiques de la Chabiba islamia. Quelques jours après ce crime abject, la Chabiba ittihadia avait tenu son premier Congrès. «Nous n’avons pas reculé, nous n’avons pas été saisis par la peur, nous avons continué notre action au sein de la société», a-t-il poursuivi.
Un autre message a été lancé par Driss Lachguar lors de cet événement à l’adresse de tous ceux qui seraient tentés de voir un jour l’USFP « dispersé et ruiné ». Qu’ils se détrompent ! «Vous êtes réunis aujourd’hui pour passer plusieurs messages à la société et à la jeunesse marocaine et leur dire que le parti et sa jeunesse demeureront présents et actifs au sein de la société et que l’USFP est un parti vivant et dynamique malgré les intrigues de ses ennemis», a-t-il martelé.
A rappeler que le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar a été l’objet d’une campagne de dénigrement et d’apostasie, voire d’incitation au meurtre de la part d’un certain Abdelhamid Abou Naïm. Ce dernier s’en est pris dans un langage vil et foncièrement obscurantiste dans une vidéo dégoulinant de haine aux femmes ittihadies et aux intellectuels marocains dont le penseur et philosophe, Abdellah Laroui, Ahmed Assid, et feu Mohamed Abid El Jabri. Il s’est également attaqué aux figures emblématiques de l’USFP qui ont lutté pour la démocratie et la liberté au Maroc à l’instar du martyr Mehdi Ben Barka.
Ces attaques obscurantistes ont provoqué l’ire de la société civile. Vendredi dernier, plus de 20 associations et syndicats se sont réunis au siège du parti de l’USFP à Casablanca, à la demande de l’Espace moderniste du développement et de la coexistence. L’objectif de cette réunion a été de constituer un front contre les fatwas d’excommunication et les appels au meurtre lancés récemment par les apôtres de la mort. A l’issue de cette réunion, une commission de coordination a été constituée. Celle-ci préparera une plateforme et mobilisera toutes les forces démocratiques en vue de créer prochainement ce front contre l’obscurantisme.
Après plusieurs jours de tergiversations et vu l’ampleur de cette nouvelle campagne d’apostasie, la justice a enfin décidé de réagir. Dans ce sens, le procureur du Roi près le tribunal de première instance à Casablanca, El Hassan Matar, a ordonné une enquête sur les déclarations de Abdelhamid Abou Naïm.
Selon un communiqué de presse diffusé samedi soir par le ministère de la Justice et des Libertés,  El Hassan Matar prendra les mesures juridiques adéquates à la lumière des résultats de cette enquête. 

Mourad Tabet
Lundi 6 Janvier 2014

Lu 816 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs