Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Driss Lachguar à “La Vie Eco” : L’USFP a décidé d’aller vers l’opposition parce que nous considérons que nous sommes aux antipodes du PJD




Driss Lachguar à “La Vie Eco” :  L’USFP a décidé d’aller vers l’opposition parce que nous considérons que nous sommes aux antipodes du PJD
L’expérience
démontre que tous les partis non-islamistes qui se sont alliés aux islamistes ont fini
par s’écrouler



Dans un long entretien accordé à l’hebdomadaire « La Vie Eco », dans sa livraison du 13 décembre, Driss Lachguar, Premier secrétaire de l’USFP,  a finement analysé le paysage politique au Maroc.
Dans ce sens, il a affirmé qu’après une certaine régression, on note actuellement un regain d’intérêt pour la chose politique dans notre pays.
 Beaucoup d’acteurs politiques, a rappelé le Premier secrétaire, considéraient à une certaine époque  que « l’USFP était bel et bien fini et qu’il était possible de récupérer ses structures, ses militants et ses ténors pour faire un nouveau parti fort, le PAM en l’occurrence (…) Mais le PAM ne peut pas évidemment se construire une légitimité au détriment de la légitimité d’autres partis».
Evoquant certaines erreurs du passé, le dirigeant socialiste a reconnu que « les luttes intestines, les animosités et la course aux postes ont fait oublier certains principes fondamentaux. De nombreux cadres et des jeunes ont alors quitté le parti».
Le Premier secrétaire  a rappelé d’autre part qu’il a toujours accordé une importance capitale à la jeunesse du parti, la Chabiba ittihadia, qui a été pendant longtemps le bras séculier de l’USFP. « Et c’est pour cela que depuis mon élection en tant que Premier secrétaire, je tiens à être personnellement présent dans toutes les rencontres organisées par la jeunesse sans aucune exception», a-t-il précisé.    
Questionné sur le positionnement du parti de la Rose dans le paysage partisan, Driss Lachguar a répondu de manière claire et tranchante,  en précisant que « l’USFP a décidé d’aller vers l’opposition,  parce que nous considérons que nous sommes aux antipodes du PJD. Notre projet de société, notre système de valeur et notre histoire sont tout le contraire de ceux du PJD».
Pour ce qui est du vote sanction des électeurs, le Premier secrétaire a assuré que « cela n’est pas le propre de l’USFP. L’être humain est par nature enclin  au changement. » A cet égard, il a donné l’exemple de l’Espagne « où après le départ de Franco, les socialistes ont accédé au pouvoir et ont pu accomplir une véritable révolution. Mais cela n’a pas empêché les électeurs de les sanctionner plus tard, en votant pour la droite. C’est l’une des lois de la nature».  Sur un autre plan, Driss Lachguar s’est dit persuadé que l’USFP n’aurait pas dû participer au gouvernement mené par Abbas El Fassi. Mais cette participation présente tout de même certains aspects positifs. « J’ai moi-même pris part à ce gouvernement, dit-il, et je considère que c’était une grande chance pour moi de pouvoir le faire. J’ai vécu toute l’ébullition qui a précédé le 20 février et cela m’a permis aussi de participer aux grandes mutations de la société marocaine qui ont conduit vers la nouvelle Constitution de 2011 puis aux élections anticipées, la même année. Je peux vous dire que de mon poste au ministère chargé des Relations avec le Parlement, j’ai pu contribuer à faire passer, en un temps record, des textes de loi qui ont préparé le terrain aux élections de novembre 2011 ».
Au sujet de la Koutla, le leader de l’USFP a déclaré que cette coalition n’existe pour ainsi dire plus. « Dans le communiqué qui a suivi notre VIIIème  Congrès, il est dit explicitement que le parti gelait toute activité au sein de la Koutla. Cela dit, nous avons toujours tenu à rappeler que l’USFP restait ouvert à toutes les forces politiques progressistes et démocratiques». Quant au récent rapprochement de l’USFP avec l’Istiqlal, Driss Lachguar a expliqué que ce  rapprochement n’a strictement rien à voir avec la Koutla».  Il a également souligné que l’Istiqlal partage avec l’USFP les mêmes positions sur certaines questions d’actualité, comme la peine de mort et l’avortement.
En réponse à une question sur la situation du parti, le Premier secrétaire a précisé que « l’USFP  est toujours resté uni parce que nous sommes tout simplement un vrai parti et nous ne recevons de directives de personne».
Donnant son point de vue sur le gouvernement actuel, Driss Lachguar a affirmé « qu’il y a aujourd’hui un parti conservateur, que je qualifie de rétrograde, qui mène une coalition où on trouve, entre autres, un ancien parti de gauche (en l’occurrence le PPS) et le RNI dont l’historique est bien connu de tous. Or les expériences  à travers le monde démontrent que les partis non-islamistes qui se sont alliés avec des partis islamistes finissent tous par s’écrouler. On l’a vu en Turquie et en Iran, à titre d’exemple ».
Abordant  ensuite le bilan de l’alternance, le dirigeant socialiste a reconnu « qu’il y a quelques années, en effet, beaucoup  considéraient le bilan de l’alternance comme étant négatif. Mais aujourd’hui on apprécie ce bilan à sa juste valeur, et demain les électeurs pourront le comparer avec le bilan d’une nouvelle expérience. Ce sera le bilan de l’USFP et de ses alliés.
A propos de l’annonce de la tenue des élections communales en 2015, Driss Lachguar a indiqué que «  cette annonce confirme que la méthode de travail du gouvernement est tout sauf participative. Dans les démocraties qui se respectent, même si le chef du gouvernement est seul habilité à fixer les dates des scrutins, cela se fait dans un cadre concerté ». Et de poursuivre : «  Je considère que le chef du gouvernement est le seul et unique responsable de tout cela. Nous sommes dans un Etat de droit et un pays d’institutions. L’annonce de la date des élections obéit à des procédures légales et à un formalisme bien normé. Il est anormal que le gouvernement fasse fi de tout cela et vienne nous annoncer une date sans respecter les formes».

Mehdi Ouassat
Jeudi 19 Décembre 2013

Lu 734 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs