Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Driss Lachguar : Il faut faire face au prosélytisme du PJD

Congrès constitutif du secrétariat provincial de l’USFP à Sidi Slimane




Driss Lachguar : Il faut faire face au prosélytisme du PJD
«Le Maroc  a constitué l’exception, car il  a connu,  depuis l’indépendance,  une dynamique  politique  qui l’a mis à l’abri des effets des soulèvements des populations qu’ont connus plusieurs pays arabes ». C’est ce qu’a déclaré le Premier secrétaire de l’USFP,  Driss Lachguar, à l’ouverture du congrès constitutif du secrétariat provincial du parti;“ tenu samedi dernier à Sidi Slimane. 
Ce processus, a-t-il précisé, a permis au Maroc d’être en mesure de faire face aux différents changements, de  répondre  aux exigences  politiques et constitutionnelles  et aux aspirations de la population et de satisfaire l’ensemble des forces politiques et de la société.
L’exception marocaine n’est nullement fortuite, mais elle est le fruit d’intenses luttes menées, pendant de longues années, par le mouvement national qui a intégré l’opposition, pour défendre la démocratie,  la liberté et la dignité, et ce jusqu’à l’arrivée de l’USFP en 1998 à la tête du gouvernement d’alternance à la demande de feu Hassan II pour éviter au Maroc la crise cardiaque, a-t-il poursuivi.
Malheureusement, a tenu à souligner Driss Lachguar non sans amertume,  les acquis et les droits pour lesquels  les partis politiques issus du mouvement national  se sont sacrifiés et les résultats obtenus, qui ont été couronnés par l’adoption de la Constitution de 2011, connaissent une régression sans précédent du fait de la politique du gouvernement actuel. 
Dans ce sens, le Premier secrétaire a appelé les congressistes à mettre en parallèle l’expérience du gouvernement Abderrahmane El Youssoufi avec celle d’Abdelilah Benkirane, et ce au niveau des contextes politiques et économiques dans lesquels ils ont été investis et de leurs bilans respectifs.  
Tout en indiquant que la situation actuelle est des plus moroses et que la politique d’endettement poursuivie par le Maroc est des plus inquiétantes, Driss Lachguar a fait savoir que l’actuel Exécutif opte pour les solutions de facilité via les augmentations répétitives des prix des produits de première nécessité, le gel des salaires et son refus à ouvrir un dialogue sérieux et responsable avec ses partenaires sociaux. S’agissant de la lutte contre la corruption, slogan principal   brandi par le PJD durant la campagne électorale, Driss Lachguar a tenu à rappeler que, selon  les différents  rapports  de la Cour des comptes,  ce fléau a  pris de l’ampleur  et que le gouvernement prend beaucoup de retard pour approuver les lois et les textes réglementaires  ainsi que pour mettre en place les institutions chargées d’initier la bonne gouvernance. 
Pour ce qui est  des prochaines échéances électorales, le Premier secrétaire a demandé à l’assistance de faire la comparaison entre les bilans du gouvernement El Youssoufi et Benkirane  dans le but de permettre aux citoyens de procéder à une évaluation rationnelle de ceux-ci et de renforcer leur capacité  à faire face au prosélytisme du PJD. 

Larbi Bouhamida
Lundi 23 Juin 2014

Lu 605 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs