Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Driss Lachguar : L’USFP ne peut rénover son projet sans se baser sur la raison et la recherche scientifique

La création d’une institution indépendante constitue un choix stratégique




Driss Lachguar : L’USFP ne peut rénover son projet sans se baser sur la raison et la recherche scientifique
L’USFP a franchi hier un nouveau pas vers la création d’une institution de recherche indépendante  à l’instar de celles qui sont adossées aux partis sociaux-démocrates comme la Fondation Frédéric-Ebert proche du Parti socialiste démocratique allemand, la Fondation Jean-Jaurès proche du Parti socialiste français, la Fondation Idéas proche du PSOE espagnol, entre autres.
Devant un parterre d’intellectuels, de chercheurs, d’universitaires et d’artistes venus des quatre coins du Royaume (il y en a même qui sont venus d’Europe), le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, a décliné sa vision concernant cette institution dont la création constitue l’un des engagements du IXème Congrès du parti de la Rose.
Cette fondation de recherche « s’inscrit, selon lui, dans le cadre de la dynamique que l’USFP a initiée depuis son IXème Congrès » après « les années d’épuisement qu’il a endurées en assumant courageusement la responsabilité de la difficile transition politique dans notre pays », a-t-il souligné lors d’une réunion tenue jeudi au siège du parti à Agdal et à laquelle ont pris part plusieurs membres du Bureau politique et le président de la Commission administrative, Habib El Malki.
La création d’une telle institution n’est pas un luxe intellectuel. Il s’agit d’un choix stratégique et d’une décision cruciale pour rénover le projet socialiste du parti dans un contexte mondial marqué par des changements rapides. « Sans le savoir nécessaire, la politique n’est qu’une sorte de praxis à courte vue », a-t-il affirmé avant d’ajouter que « l’USFP ne peut rénover son projet, retrouver sa force et être au diapason des attentes de la nation et des citoyens, sans baser sa référence socialiste démocratique sur un effort intellectuel et sans l’imprégner d’une culture politique basée sur la Raison et la recherche scientifique, et qui soit productrice d’alternatives appuyées sur des expertises, des recherches de diagnostic, des études et des évaluations ». Partant d’une lecture critique des expériences antérieures du parti dans ce domaine, le Premier secrétaire de l’USFP a affirmé que le parti n’a nul besoin d’une institution de recherche qui fonctionne conformément à une « logique de la famille ou du parti ». Dans ce sens, il a plaidé pour la création d’une « institution de recherche indépendante » mais liée à l’USFP par « une relation contractuelle basée sur le partenariat, l’appui, l’accompagnement, le respect d’une nécessaire distance entre la pratique partisane et le travail intellectuel ». Cette institution ou cette fondation devrait, selon lui, partager les valeurs du parti, à savoir « la démocratie, l’humanisme, la modernité de la rationalité, ainsi que les acquis des partis sociaux-démocrates dans les domaines de la gouvernance, du développement, de l’égalité sociale et des droits de l’Homme ». «Nous voulons que cette fondation soit un espace indépendant de réflexion et de production intellectuelle », a conclu le Premier secrétaire.
Après l’allocution du Premier secrétaire, un débat fructueux a été ouvert et a porté sur plusieurs points dont essentiellement le nom de la fondation, son organisation et la relation qu’entretient le parti avec cette fondation.
Par la suite, Driss Lachguar a pris la parole pour clarifier plusieurs points évoqués dans le débat. Il a affirmé que la direction du parti a tenu à ce que cette nouvelle institution soit réellement indépendante, et que les membres de cette fondation débattent entre eux sur la meilleure façon de s’organiser, ajoutant qu’aucun membre assumant une responsabilité exécutive au sein du parti ne pourra assumer une responsabilité au sein de cette fondation. Dans ce sens, il a souligné que cette dernière sera constituée selon le code des libertés publiques.
Par la suite, une commission a été constituée. Elle a pour mission de préparer la vision et le programme de la fondation socialiste et ses statuts dans un délai ne dépassant pas un mois.
Par ailleurs, le membre du Bureau politique, Mohamed Derouich, qui a modéré cette réunion, a annoncé la constitution d’une commission chargée d’écrire l’histoire de l’USFP. Elle est composée de 12 personnalités dont l’historien El Moussaoui Ajaloui qui en a été élu président. A noter que le Premier secrétaire avait à maintes fois défendu l’idée de préserver l’héritage et la mémoire du parti.

Mourad Tabet
Samedi 17 Janvier 2015

Lu 591 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs