Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Driss Lachgar : Pour la première fois dans la vie d’un parti au Maroc et dans le monde, le Premier secrétaire est élu à deux tours


L’Ittihad a toujours refusé toute ingérence dans ses affaires internes



Driss Lachgar : Pour la première fois dans la vie d’un parti au Maroc et dans le monde, le Premier secrétaire est élu à deux tours
«Celui qui connaît l’USFP et son histoire ne peut en aucun cas  se permettre d’accepter l’idée que l’Ittihad soit l’objet d’une intervention extérieure dans les affaires du parti. L’Ittihad a toujours refusé toute ingérence dans ses affaires internes, ce qui lui a coûté à travers plusieurs phases de son histoire une farouche hostilité». C’est en ces termes que Driss Lachgar, Premier secrétaire de l’USFP, a répondu à une question du journaliste de Hespress lors de l’émission dudit site électronique d’information intitulée «Une Demi-heure avec Driss Lachgar ». Et d’ajouter que la rude concurrence qu’a connue l’élection du Premier secrétaire de l’USFP lors du 9ème Congrès a fait qu’il y a eu des déclarations et des réactions qu’il faut mettre sur le compte de la rivalité. « Pour la première fois dans la vie d’un parti au Maroc et ailleurs, le Premier secrétaire est élu à deux tours. Auparavant, l’élection du Premier secrétaire de l’Ittihad avait un caractère consensuel ou se faisait à travers un médiateur. Ce rôle était généralement joué par la commission administrative ou la commission centrale », a précisé Driss Lachgar.
Le Premier secrétaire du parti de la Rose s’est dit maintenant être le Premier secrétaire de tous les Ittihadis et que les réactions étaient normales au vu des différences des plateformes proposées et  des orientations en lice. « Nous n’avons pas permis l’ingérence dans les affaires de notre parti à l’époque des tortures et  des années de plomb, comment l’accepterions-nous aujourd’hui ? Celui qui n’admettrait pas ce fait n’a pas de place parmi nous», a indiqué Driss Lachgar.
Concernant les rumeurs qui ont circulé à propos de tensions entre le Premier secrétaire et le Groupe socialiste à la  Chambre des représentants,  Driss Lachgar a nié en bloc toutes ces allégations précisant qu’aucun député ittihadi ne s’est retiré de la réunion de la commission de la justice, de la législation et des droits de l’Homme. « On est trois députés dans cette commission et nous étions ensemble pour défendre une  proposition de loi concernant la création de l’instance  des affaires de l’Etat pour combattre la prévarication. Projet qui a connu une résistance de la part du gouvernement », a précisé le Premier secrétaire de l’USFP. Au sujet de la réunion avec le Groupe socialiste à la Chambre des représentants, Driss Lachgar a affirmé qu’il s’agit d’une rencontre que le parti a l’habitude d’organiser avec tous les secteurs du parti tels que le secteur syndical, la Chabiba, le secteur  de la femme ou autre. Et qu’il ne s’agissait pas d’une séance de réconciliation comme cela a été rapporté par certains médias, mais d’une réunion pour préparer la prochaine session printanière du Parlement. Dans ce sens, le Premier secrétaire s’est dit surpris par les  rumeurs d’une certaine presse et précisé qu’il a été élu pour gérer l’USFP et non se consacrer à comprendre les motifs d’un chroniqueur ou les idées d’un article d’un journaliste. A une question sur la régression de la masse électorale de l’USFP,  le Premier secrétaire a reconnu ce fait expliquant que ce recul est normal dans la mesure où le passage au gouvernement et la gestion de la chose publique durant trois mandats  sont les raisons que l’USFP a déjà diagnostiquées, d’où le choix de se positionner dans l’opposition. « C’est pourquoi l’alternance a été créée », a-t-il conclu.
 Par ailleurs, le Premier secrétaire a émis des doutes et a exprimé des inquiétudes sur la politique du gouvernement Benkirane démontrant que les réformes constitutionnelles et politiques semblent aller vers l’avortement car l‘Exécutif n’assume pas ses responsabilités. «Au lieu de mettre en application plusieurs projets de loi stipulés dans la Constitution, le gouvernement a pu mettre en œuvre un seul projet, c’est celui de la désignation dans les hautes fonctions», s’est exclamé Driss Lachgar.

Kamal Mountassir
Jeudi 28 Mars 2013

Lu 1806 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs