Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Driss Lachgar : Le gouvernement fait peu de cas des problèmes du pays

Réunion nationale du secteur des phosphates




Driss Lachgar : Le gouvernement fait peu de cas des problèmes du pays
Les militants ittihadis  exerçant dans le secteur des phosphates se sont rencontrés mercredi au siège de l’USFP à Rabat, et ce pour l’examen de la situation et la constitution d’une commission nationale du secteur. Cette rencontre qui a eu pour thème « L’adhésion politique, un levier essentiel du militantisme  syndical » s’inscrit dans le cadre de l’opération lancée par le parti  pour  restructurer l’ensemble des secteurs au niveau national.
A l’ouverture de cette rencontre, Driss Lachgar, Premier secrétaire du parti, a tenu à souligner que la manière dont sont gérées  les affaires publiques prouve que le gouvernement ne les évalue pas à leur juste valeur  et les signes précurseurs de la crise en sont la preuve.
Il a aussi exprimé la crainte de l’USFP de  voir la situation dégénérer, ce qui pourrait constituer une menace pour la sécurité et la stabilité du pays, et ce en raison du dialogue de sourds que prône le gouvernement alors que le monde a salué la démarche  du Royaume dans la gestion du mouvement social.
Qu’ils se détrompent ! Le PJD et le chef du gouvernement ne doivent pas croire que le vote des Marocains pour le changement en 2011 est un chèque en blanc pour agir à leur guise et ne signifie nullement  que la majorité des Marocains sont favorables  à leur politique, a-t-il fait savoir. C’est un autre exemple qui illustre de manière tangible  le peu de cas que fait  le gouvernement des problèmes du pays.
Tout en indiquant que la situation actuelle ne tolère pas la moindre erreur, mais qu’elle demande l’intuition intellectuelle et politique et la prise de mesures et actions courageuses et efficaces, Drisss Lachgar a tenu à préciser que l’équipe gouvernementale n’apprécie pas de manière rationnelle les dispositions de la Constitution et n’a rien entrepris pour les mettre en œuvre. Le maigre bilan législatif  du gouvernement et sa lenteur en sont les indicateurs patents  de cette réalité amère, a-t-il ajouté.  
Il a saisi cette occasion pour lancer un appel aux cadres  phosphatiers de centres de Laâyoune, Youssoufia, Khouribga, Benguérir, Oued Zem, Hattane, Boukraâ, Casablanca et Safi pour assumer la responsabilité dans les organes du parti et s’impliquer davantage dans la gestion de la chose locale où qu’ils se trouvent, car la situation économique  requiert davantage de solidarité et de coopération pour éviter la crise au pays et sauver la démocratie.
Cette réunion initiée par l’USFP pour la restructuration des secteurs, a été marquée par l’intervention de  Habib El Malki, président de la Commission administrative, des membres du Bureau politique ainsi que par l’allocution de Abida Moussa, secrétaire général du Syndicat démocratique des phosphates.

Larbi Bouhamida
Vendredi 14 Juin 2013

Lu 1584 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs