Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Douze années d’esclavage” de Steve McQueen




“Douze années d’esclavage” de Steve McQueen
Le film , qui vient de remporter le Globe du meilleur drame, 
raconte l’histoire vraie d’un violoniste Noir, vivant dans l’Etat de New York, au 19ème siècle. Epris de liberté, 
il deviendra pourtant 
esclave à l’âge de 33 ans.
Le réalisateur britannique  de “12 Years a Slave” est né le 9 octobre 1969, dans une maternité de Londres. Juste après sa naissance, les infirmières ont persuadé sa maman de l’appeler Steve McQueen. Comme il l’explique lui-même, dans une interview parue dans le quotidien Daily Mirror: «Je suis né la même année que la sortie de “Bullitt”. On m’a placé à l’extrémité du lit, et le nom de la star légendaire  de ce film était écrit sur le couffin: Steve McQueen.  Les infirmières passaient devant et demandaient à ma mère: “Comment va Steve ?” elle leur répondait: “Il ne s’appelle pas Steve, d’où ça sort, ça ?” Et puis elle s’y est faite, parce que ça sonnait bien». 
Originaire de Grenade, et vivant actuellement à Amsterdam, ce réalisateur Noir britannique, formé au prestigieux Goldsmith’ s College, s’était  d’abord rendu célèbre par ses installations audio- visuelles, avant de bifurquer vers la réalisation cinématographique. Son film “ Hunger” a reçu en 2008, à Cannes, le prix de la Caméra d’Or. Quant à son nouveau film “12 Years a Slave”, il vient d’être couronné par le 71e Golden Globes, en remportant le Globe du meilleur drame. 
Ce film, tourné pour l’essentiel en Louisiane, et dont le budget total s’est chiffré à 20 millions de dollars, raconte l’histoire vraie de Solomon Northup, musicien de talent, engagé un soir  par un cirque ambulant pour jouer du violon, et qui se retrouve le lendemain battu et  enchaîné, avant d’être déporté vers le Sud, où il sera vendu comme esclave. C’est le comédien britannique  Chiwetel Eijofor qui incarne le personnage de ce  violoniste épris de liberté, et qui se trouvera tour  à tour esclave de trois maîtres. L’une  des scènes les plus inoubliables du film est celle où Patsey, meurtrie par l’esclavage sexuel que lui impose son maître, finit par demander à Solomon de la tuer. 
Une autre scène non moins forte est celle où Solomon Northup   se trouve contraint,  par son maître, à fouetter à mort un jeune esclave. Un contexte d’une totale inhumanité  où le comédien Ejiofor arrive cependant à “exprimer une certaine humanité”, selon les propos du réalisateur, qui  ne tarit pas d’éloges, à vrai dire, sur cet acteur expérimenté ayant, “la stature d’un Sydney Poitier”. Quant au rôle d’Edwin Epps, l’ivrogne sadique qui a acheté Solomon, il est interprété par Michael Fassbender, une des vedettes de “Hunger”, du même réalisateur. Signalons, enfin, que toutes les images du film ont été  dictées directement par le livre de Solomon Northup, intitulé “Douze années d’esclavage”. Une autobiographie qui était passée totalement inaperçue, avant que Steve McQueen ne décide d’en faire un mémorable film.

Mehdi Ouassat
Lundi 20 Janvier 2014

Lu 863 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs