Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Douloureuse mutation de New Delhi




New Delhi fête cette année ses 100 ans d’existence comme capitale indienne, une histoire marquée par un développement urbain anarchique que tentent de redresser les autorités, au risque de créer une  “cité apartheid“ selon des ONG.
Plusieurs fois capitale de l’Inde antique entre le 12e et le 19e siècles, Delhi fut notamment la capitale du fastueux empire moghol avant d’être délaissée pour la bouillonnante Calcutta, dans l’est du pays.
Mais en décembre 1911 le roi George V décide de déplacer de nouveau la capitale à Delhi, chargeant l’architecte britannique Edwin Lutyens de construire le quartier administratif et politique, baptisé  “New Delhi “.
Après son indépendance de l’administration britannique en 1947, New Delhi devient la capitale fédérale de l’Union indienne.
Les plans britanniques étaient conçus pour une population de 70.000 habitants. Aujourd’hui, Delhi compte au moins 16 millions d’habitants, dont seuls 3% à 4% vivent dans des zones prévues pour l’urbanisation, selon Miloon Kothari, directeur de Housing and Land Rights Network (HLRN), une organisation qui défend le droit à un hébergement décent.
 “Le programme de développement ne repose pas sur les besoins de la population. La majorité des habitants ne vit pas dans la dignité “, dénonce auprès de l’AFP cet ancien rapporteur spécial de la Commission des droits de l’Homme de l’ONU sur le thème du logement. En cent ans, l’arrivée massive de migrants en quête d’emploi, la multiplication des bidonvilles et l’explosion du trafic automobile ont bouleversé les traits de la capitale. On compte à Delhi 6,5 millions de voitures, soit le nombre cumulé de voitures à Calcutta, Bombay et Madras.
A l’automne dernier, des travaux d’embellissement et l’expulsion de pauvres et de mendiants du centre-ville à l’occasion des Jeux du Commonwealth, censés être la vitrine de l’Inde moderne, ont accentué les différences.
«Nous sommes en train de créer une ville à deux visages, dont l’une prend les traits d’une cité apartheid d’où les pauvres sont exclus», dit M. Kothari.
New Delhi avait été choisie comme siège du gouvernement pour deux motifs topographiques, rappelle l’ONG environnementale Delhi Greens: la rivière Yamuna et une arête dorsale le long de laquelle des zones de forêts se sont développées, en faisant le  “poumon vert “ de la ville. Mais l’élargissement des routes, l’urbanisation galopante et les déversements d’ordures ont détruit une partie des ressources naturelles.

AFP
Vendredi 21 Janvier 2011

Lu 330 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs