Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Double prothèse du genou au CHU Ibn Sina


Une prouesse médicale pour un hémophile



Double prothèse du genou au CHU Ibn Sina
Un jeune homme de 28 ans, suivi pour son hémophilie depuis plus de 14 ans, a bénéficié récemment d’une double prothèse du genou au CHU Ibn Sina de Rabat, indique mardi un communiqué du Centre hospitalier. Cette prouesse médicale prend toute son importance quand on sait que l’hémophilie se caractérise par l’absence d’un facteur dans le sang, dont le rôle est de stopper toute hémorragie quand elle se déclenche, note le communiqué, faisant savoir que les hémorragies répétitives qui se produisent au niveau des genoux sont une des principales complications de l’hémophilie et aboutissent à une destruction de l’articulation qui induit une sorte d’handicap à vie.
L’implantation de deux prothèses du genou chez ce malade a été rendue possible grâce à la conjonction des efforts de 3 équipes médicochirurgicales du CHU Ibn Sina : le centre d’hémophilie (Pr. Mohammed Khorassani) relevant du service d’hémato-oncologie pédiatrique de l’hôpital d’enfants, la traumatologie adulte de l’hôpital Ibn Sina (Pr. Omar Lamrani) et la traumatologie pédiatrique (Pr. Tariq Medhi). Le malade, opéré avec succès, suit actuellement un programme de rééducation de trois mois avec une kinésithérapeute spécialisée, afin de retrouver une autonomie progressive. “Cet acte chirurgical aussi spectaculaire et aussi lourd dans sa réalisation pouvait être évitable chez ce patient”, relève avec amertume Pr. Khorassani, ajoutant que la non disponibilité de facteurs anti-hémophiliques et le recours par le passé à une fraction du sang (plasma frais congelé) sont et seront encore à l’origine de ce genre de complications chez plusieurs centaines d’hémophiles marocains livrés à eux-mêmes, en dehors de toute prise en charge thérapeutique adéquate.
Au Maroc, plus de 50% des malades atteints d’hémophilie présentent encore des handicaps majeurs, aussi bien des genoux que des coudes. Pour Pr. Khorassani, il faut redoubler d’efforts afin que les médicaments disponibles puissent contribuer à assurer un minimum de besoins aux patients, pour notamment éviter l’handicap, le décès à l’âge jeune et permettre un certain degré d’intégration sociale. Le patient ayant bénéficié de cette opération chirurgicale est issu d’une famille qui comprend 18 malades atteints d’hémophilie, ce qui tire de nouveau la sonnette d’alarme sur le phénomène de la transmission familiale de plusieurs maladies, pour lesquelles aucun programme de conseil génétique n’est mis en place, met en garde le communiqué.

MAP
Jeudi 14 Mars 2013

Lu 443 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs