Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Donner au court récit la place qu’il mérite : Essaouira rend hommage à Ahmed Bouzfour




Donner au court récit la place qu’il mérite : Essaouira rend hommage à Ahmed Bouzfour
A l’initiative de l’Association des amis du café culturel en collaboration avec la délégation du ministère de la Culture à Essaouira et l’Association Essaouira Mogador, la ville des alizés a rendu un vibrant hommage au romancier Ahmed Bouzfour, l’une des figures emblématiques de la littérature contemporaine marocaine.
Ce carrefour culturel qui a choisi comme principale vocation le court récit, a été marqué par l’organisation d’un colloque autour du thème «L’identité dans le court récit» animé par Souad Meskine, Abdelaati Zeyani, Abderrahmane Temara et Mohammed Ait Henna, suivi de lectures poétiques d’Abdelhamid Gharbaoui, Ibrahim Abawayh, Meryem Ben Yakhta, Hicham Najeh, Hassan Rmouti et El Batoul El Mahjoub. D’autre part, cette édition a accordé une place de marque aux lectures critiques conjuguant la dynamique positive que connaît ce genre littéraire.
Dans un climat convivial, les organisateurs et participants à cette première édiction ont rendu un hommage chaleureux à Ahmed Bouzfour considéré comme le doyen du court récit au Maroc. Plusieurs intervenants se sont succédés pour témoigner de l’apport humain et littéraire de Bouzfour qui a rehaussé ce genre littéraire par son talent, sa touche humaine et morale, et son rayonnement international.
Cette première édition qui attire de plus en plus de créateurs marocains, a été chaleureusement accueillie par les différents participants issus de différentes villes du Royaume, et qui ont appelé à inscrire ce forum dans son contexte social, institutionnel et scolaire surtout, afin de donner au court récit la place qu’il mérite. D’autre part, le Forum d’Essaouira a été appelé  à plus de coordination avec les autres forums des différentes villes du pays en vue de procurer à ce genre littéraire un large rayonnement pour plus d’attractivité et de créativité. A rappeler qu’en 2002, Ahmed Bouzfour avait refusé le prix du Maroc du livre remis par le ministère de la Culture (et dont la valeur est estimée à 7.000 USD) en signe de protestation contre «la décadence de l'état politique, économique et culturel du Maroc».

Abdelali Khallad
Mardi 25 Décembre 2012

Lu 251 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs