Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Donald Trump lance son projet de mur à la frontière mexicaine

Un millier de personnes défilent à New York pour défendre les immigrés




Donald Trump lance son projet de mur à la frontière mexicaine
Donald Trump a pris mercredi deux décrets présidentiels pour renforcer la sécurité aux frontières des Etats-Unis et réprimer l'immigration clandestine, qui prévoient notamment la construction d'un mur le long de la frontière avec le Mexique, mesure qu'il avait promise pendant la campagne présidentielle.
Le président républicain devrait également prendre des mesures dans les prochains jour pour réduire l'immigration légale, en divisant par deux, à 50.000, le nombre de réfugiés autorisés à entrer aux Etats-Unis chaque année et en bloquant l'émission de visas pour les personnes en provenance de certains pays musulmans d'Afrique et du Proche-Orient (Syrie, Soudan, Somalie, Irak, Iran, Libye et Yémen).
Les deux décrets signés mercredi par Donald Trump, moins d'une semaine après son investiture, engagent la construction d'un mur le long des 3.200 kilomètres de frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. Ces décrets visent aussi à augmenter les effectifs des équipes qui luttent contre l'immigration clandestine et à supprimer les financements fédéraux des villes et Etats dit "sanctuaires", c'est-à-dire qui tolèrent la présence d'immigrants clandestins.
"Nous sommes en pleine crise à notre frontière Sud. L'augmentation sans précédent de migrants illégaux venant d'Amérique centrale nuit à la fois au Mexique et aux Etats-Unis", a déclaré Donald Trump dans un discours prononcé au département de la Sécurité intérieure après la signature des décrets.
"J'espère que les mesures que nous prendrons à partir de maintenant renforceront la sécurité dans nos deux pays à la fois. Un pays sans frontière n'est pas un pays", a-t-il ajouté.
Le président mexicain Enrique Pena Nieto a déclaré qu'il "regrettait et désapprouvait" la volonté de son homologue américain d'aller de l'avant avec son projet de mur.
Malgré le tollé provoqué par la décision de Donald Trump, avec notamment le chef de l'opposition Andres Manuel Lopez Obrador qui a qualifié le projet de mur d'insulte au pays et qui invite le gouvernement à porter plainte contre les Etats-Unis, le sommet prévu la semaine prochaine entre le président américain et Enrique Pena Nieto est toujours d'actualité.
"La réunion entre les deux présidents à Washington mardi prochain est toujours confirmé. La réunion, à ce stade, aura lieu", a déclaré le ministre des Affaires étrangères mexicain Luis Videgaray.
Les grandes villes américaines comme New York, San Francisco ou Los Angeles offrent une certaine forme de protection aux migrants illégaux. L'aide fédérale à ces villes, qui se chiffre en milliards de dollars, pourrait être compromise.
"Les Américains ne seront plus obligés de subventionner ce mépris du droit", a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer.
Dans une interview accordée mercredi à la chaîne de télévision ABC News, Donald Trump répète que le lancement de la construction du mur entre les Etats-Unis et le Mexique est une affaire de mois et que le Mexique remboursera les Etats-Unis en intégralité.
"Construire cette barrière est plus qu'une simple promesse de campagne, c'est une première mesure de bons sens pour véritablement sécuriser notre frontière poreuse", a commenté Sean Spicer. "Cela va juguler le flot de drogue, de criminalité et d'immigration illégale vers les Etats-Unis", a-t-il ajouté.
Les entreprises américaines présumées bénéficiaires des mesures prises par Donald Trump, comme Martin Marietta Materials et Vulcan Materials, ont gagné du terrain en Bourse mercredi, tandis que l'indice Dow Jones dépassait pour la première fois les 20.000 points.
Le président a toujours dit que les travaux de construction du mur seraient financés par le Mexique, lequel a toujours rétorqué qu'il ne paierait pas. "Nous serons remboursés à une date ultérieure sur les affaires que nous ferons avec le Mexique", a déclaré le chef de la Maison Blanche sur ABC. "Je vous dis tout simplement qu'il y aura paiement. Cela se fera (...) peut-être sous une forme compliquée. Ce que je fais est bon pour les Etats-Unis. Cela sera également bon pour le Mexique. Nous voulons avoir un Mexique très stable, très solide."
Les soutiens des migrants ont aussitôt dénoncé des mesures liberticides.
Par ailleurs, plus d'un millier de personnes ont manifesté mercredi soir à New York pour dénoncer les mesures anti-immigration du nouveau président Donald Trump.
Des manifestants de toutes origines se sont rassemblés dans le calme après 17H00 (22H00 GMT) dans le parc de Washington Square, au sud de Manhattan.
"Pas d'interdiction! Pas de mur! New York est à tout le monde", scandaient notamment les participants à la manifestation, qui occupait la quasi-totalité de la place.
De nombreuses pancartes appelaient à la défense des droits des musulmans, et la poursuite de l'accueil de réfugiés venus de Syrie ou d'autres pays musulmans en proie à des conflits.
"C'est vraiment effrayant", a déclaré Thariha Choudbury, une musulmane originaire du Bangladesh. "Depuis qu'il (Trump) a été élu, j'ai vraiment l'impression que l'islamophobie a augmenté, et cela ne peut que continuer car il a donné du pouvoir aux racistes dans ce pays".
"Je suis mariée à un immigré, mes amis sont immigrés (...) Nous sommes une ville d'immigrés et nous devons défendre nos communautés", a déclaré pour sa part une autre manifestante, Austin Guillem.

Vendredi 27 Janvier 2017

Lu 645 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs