Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Donald Trump fonce vers l'investiture républicaine pour la Maison Blanche

Dans l’Indiana Hillary Clinton a subi un revers face au sénateur du Vermont Bernie Sanders




Donald Trump fonce vers l'investiture républicaine pour la Maison Blanche
Le milliardaire populiste Donald Trump a terrassé mardi Ted Cruz, son dernier rival de poids, et a désormais la quasi certitude d'être le candidat des républicains à la présidentielle de novembre, laissant présager un match contre la démocrate Hillary Clinton.
Dans l'Indiana mardi, Donald Trump a remporté 53% des voix républicaines contre le sénateur du Texas (37%), qui a annoncé dans la foulée, "le cœur lourd", qu'il suspendait sa campagne, constatant que sa candidature n'était plus viable.
Au terme d'une campagne extraordinaire de dix mois et demi, Donald Trump a ainsi éliminé 15 candidats plus qualifiés les uns que les autres, des gouverneurs, sénateurs et chefs d'entreprises dont les compétences n'ont pu rivaliser avec ce qui a justement fait le succès de l'homme d'affaires : son absence totale d'expérience politique, le New-Yorkais de 69 ans n'ayant jamais exercé de mandat électif.
Seul John Kasich, gouverneur républicain de l'Ohio, restait en course face à Donald Trump. Il a promis de continuer jusqu'à la convention d'investiture de Cleveland, en juillet, mais en l'absence d'adversaire de taille, il est plus que probable que le milliardaire atteigne la majorité de 1.237 délégués requis pour être automatiquement désigné, lors des neuf dernières primaires qui se dérouleront jusqu'au 7 juin (il en a aujourd'hui au moins 1.053).
Le président du parti républicain, Reince Priebus, s'est résigné à l'inéluctable et a appelé à l'unité autour de Donald Trump, le qualifiant de "candidat présumé".
En cas de duel Clinton-Trump à la présidentielle, Hillary Clinton, 68 ans, partirait favorite. Elle recueille 47% des intentions de vote des Américains contre 40,5% pour Donald Trump, selon la moyenne des six derniers sondages réalisés.
Mais le monde politique craignait que les six prochains mois ne soient aussi imprévisibles que les dix derniers. Le président de la campagne de l'ex-secrétaire d'Etat, John Podesta, a donné un aperçu de l'angle d'attaque démocrate. "Donald Trump a montré qu'il n'était pas rassembleur et n'avait pas le tempérament pour diriger notre pays et le monde libre", a-t-il déclaré, en évoquant les enjeux de sécurité nationale. "Donald Trump est un pari trop risqué".
Malgré des millions de dollars de dépenses et l'appui de personnalités conservatrices, le front anti-Trump n'a pas trouvé de porte-flambeau efficace. Donald Trump a enchaîné les victoires sans jamais adoucir son ton ni changer de tactique. Omniprésent sur les chaînes d'information, il se présente comme un négociateur hors pair, promettant de rétablir le rang des Etats-Unis sur la scène internationale.
Son discours est populiste, protectionniste et isolationniste. Il promet de construire un mur à la frontière mexicaine contre les clandestins, défend les ouvriers dont les usines sont délocalisées au Mexique et menace de représailles la Chine, qu'il accuse de "violer" l'Amérique.
"Nous allons rapatrier nos emplois, nous n'allons pas laisser les entreprises se délocaliser", a-t-il dit mardi.
 « Trump commence la campagne générale dans une position précaire. Comment va-t-il se réconcilier avec le reste du parti ? Les premiers signes sont de mauvais augure. Le noyau intellectuel du parti républicain lui reste irrémédiablement hostile", analyse Larry Sabato, de l'Université de Virginie.
Mais la droite américaine est loin d'être apaisée. Des républicains menacent de voter pour Hillary Clinton, d'autres entretiennent le rêve d'une convention disputée.
Chez les démocrates justement, l'investiture semblait sauf coup de théâtre promise à Hillary Clinton, qui a toutefois subi un revers mardi face au sénateur du Vermont Bernie Sanders. Il a remporté près de 53% des voix dans l'Indiana, mais cela ne suffira pas à rattraper son grand retard dans la course aux délégués (Clinton en a 2.215 contre 1.442 pour Sanders, la majorité requise étant de 2.383).
"Mme Clinton pense que cette campagne est terminée. J'ai de mauvaises nouvelles à lui annoncer", a déclaré Bernie Sanders mardi.
Le succès du septuagénaire socialiste démocrate auprès des moins de 30 ans sera le grand défi de l'après-convention pour Hillary Clinton, qui doit ses victoires aux démocrates noirs et hispaniques, et aux femmes plus âgées.
Sa stratégie consiste à unifier la gauche autour d'un programme progressiste et d'un message de compassion. "Je suis vraiment concentrée sur la transition vers l'élection présidentielle", a expliqué Hillary Clinton sur MSNBC. "La campagne va être très dure contre un candidat qui dit tout et son contraire. Nous ne laisserons rien passer".

Jeudi 5 Mai 2016

Lu 1627 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs