Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Don et greffes d’organes : Le Maroc demeure un mauvais élève




Don et greffes d’organes : Le Maroc demeure un mauvais élève
Le monde célèbre depuis 2005 la Journée mondiale du don d’organes et de la greffe qui se tient le 17 octobre de chaque année. A cette occasion, l’Association Reins (Association marocaine de lutte contre les maladies rénales) présidée par le professeur Amal Bourquia et dont le but est  d’informer l’opinion publique sur la maladie rénale, de contribuer à la formation et à l’information sur la dialyse et la transplantation rénale, aider à l’insertion et à la réinsertion des malades atteints de maladies rénales, a organisé mardi une conférence de presse sous le thème «Le don et la greffe d’organes sont un sujet de société»  afin de présenter les résultats de son enquête menée auprès de  1044 professionnels de santé (médecins spécialistes, généralistes, pharmaciens, biologistes, dentistes…) pour évaluer leur perception, leur formation, et leur disposition à donner un organe de leur vivant ou après leur mort.
Le résultat est «alarmiste», puisque  cette étude montre que parmi l’échantillon étudié, 70% des professionnels de santé  n’ont pas de formation sur la greffe et le don d’organes, 60% d’entre eux ignorent tout sur ce que la législation marocaine préconise sur ce sujet et ses aspects religieux, 60% auraient l’intention de faire don de leurs organes après leur mort contre seulement 20% qui accepteraient de les donner de leur vivant. Or, selon le professeur Bourquia, «le risque pour le donneur vivant est très faible et pour le receveur, les avantages sont considérables : ces greffes fonctionnent en général mieux et plus longtemps que les greffes de rein à partir de donneur cadavérique, quel que soit le niveau de compatibilité entre le donneur et le receveur. Une greffe à partir d’un donneur vivant est la solution qui met le maximum de chances du côté du patient».
En réaction à ces chiffres, Amal Bourquia se demandait également : «Comment voulez-vous que la population  soit au courant de tout ce qui touche au domaine du don et de la greffe des organes en général et du rein en particulier, si les professionnels de santé ne disposent d’aucune formation dans ce domaine et en ignorent tout ou presque ?».
A noter que le Maroc est très en retard dans ce domaine, et selon le professeur Bourquia, cela est dû à plusieurs facteurs. D’abord, le manque d’une culture de don au Royaume. Par exemple, c’est très rare  d’entendre des conversations de type «serais- tu donneur de ton vivant ou après ta mort ?»,  que ce soit dans les familles ou parmi les amis, ce qui fait que ne pas se déclarer donneur de manière explicite laisse passer beaucoup d’occasions de donneurs potentiels. Au Maroc, le don d’organes repose sur le principe de «consentement explicite» ; or les médecins se heurtent souvent au refus de la famille qui voit en l’opération une atteinte au corps du défunt. Ensuite, un choix politique fait que l’on investit plus de fonds pour les dialyses et très peu pour les greffes alors que ces dernières assurent un meilleur résultat. Enfin, le côté social joue un rôle capital ; les donneurs vivants ont peur d’être mis en marge de la société à cause de leur différence «supposée».
Rappelons que depuis 1990, seulement 300 malades du rein ont pu être greffés, tous à partir d’un donneur vivant, et le nombre de personnes  qui meurent en attente d’une greffe reste indéterminé. Pourtant, si une culture de don existait, le nombre de morts et de morts encéphaliques dus aux accidents de route et qui dépasse largement les 4000 par an pourrait aider à offrir une meilleure vie à ces malades et développer la pratique de greffe à partir d’un donneur décédé. A savoir aussi que la législation marocaine autorise le don depuis la promulgation en 1990 de la loi n° 16-98 relative au prélèvement et à la transplantation d’organes et de tissus humains.
«Le but de cette conférence de presse est d’impliquer les médias qui sont les principaux supports consultés par les professionnels pour information vu qu’il n’y a pas de formation spécifique continue dans ce domaine. Nous souhaiterions que les médias nous aident à augmenter le niveau de sensibilisation et d’information en abordant souvent ce sujet, en réalisant des spots télé pour que le don et la greffe d’organes ne restent pas dans l’ombre, car la maladie rénale chronique touche plus de 500 millions dans le monde, dont au moins un million au Maroc. Donc, ces maladies du rein posent un problème de santé publique majeur qui mérite toute notre mobilisation», a conclu Amal Bourquia.
Pr. Amal Bourquia mène en plus de sa spécialité une carrière d’auteur. Parmi ses publications, on peut citer «Plaidoyer pour la transplantation rénale au Maroc» ; «Regard éthique, la greffe rénale au Maroc» et «99 réponses à la maladie rénale».

Najoua Friguech (Stagiaire)
Jeudi 18 Octobre 2012

Lu 1207 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs