Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Doigt d'honneur : Pas de sanction contre Ancelotti




L'entraîneur du Bayern Munich Carlo Ancelotti ne sera pas sanctionné pour un doigt d'honneur adressé samedi à des supporteurs de Berlin qui lui avaient craché dessus, mais devra faire un don de 5.000 euros à une fondation.
"La commission de contrôle de la Fédération allemande de football (DFB) (...) a classé sans suite l'enquête ouverte contre Carlo Ancelotti", indique la Fédération mardi sur son site Internet.
"Cette décision (est valable) à la condition que l'entraîneur du Bayern Munich fasse un don de 5.000 euros à la Fondation Sepp-Herberger", ajoute la DFB.
La Fondation Sepp-Herberger -- du nom de l'entraîneur de l'équipe allemande championne du monde 1954 -- est une institution de la DFB qui œuvre dans le domaine social et caritatif pour les footballeurs handicapés, la réinsertion de prisonniers ou encore le soutien aux jeunes espoirs du football.
Les dirigeants de Munich, qui ont été les premiers à annoncer le classement de l'enquête, ont totalement soutenu dans cette affaire leur entraîneur, souvent considéré comme un parangon de fair-play et de mesure dans le monde agité du football.
"Sur le fond, nous trouvons émotionnellement compréhensible la réaction humaine qui a conduit Carlo Ancelotti à faire ce geste, pour répondre à cette vile agression", précise le club.
La DFB avait prié lundi l'Italien de s'expliquer sur l'incident, survenu samedi alors qu'il se dirigeait vers le tunnel menant aux vestiaires du stade Olympique de Berlin, à la fin du match comptant pour la 21e journée du Championnat d'Allemagne, marqué par l'égalisation du Bayern à la 6e minute du temps additionnel (1-1).
Les Bavarois étaient sortis dans une ambiance houleuse, sous les cris des supporters berlinois, furieux de laisser échapper une victoire de prestige. "Oui, j'ai fait ce geste, après qu'on m'a craché dessus", avait expliqué Ancelotti à la chaîne allemande ARD, confirmant le doigt d'honneur.
Pal Dardai, l'entraîneur berlinois, avait qualifié les six minutes de temps additionnel de "bonus accordé au Bayern". Son équipe tenait la victoire avant que Lewandowski n'égalise après 95 minutes et 59 secondes de jeu, à l'issue d'un coup franc sur le côté gauche. Le quatrième arbitre avait affiché cinq minutes de temps additionnel.

Libé
Jeudi 23 Février 2017

Lu 216 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs