Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Dix cliniques privées épinglées par le ministre de la Santé

Louardi décidé à ne pas lâcher les médecins du public




Dix cliniques privées épinglées par le ministre de la Santé
Pas moins de dix cliniques privées dans différentes villes du Royaume risquent des sanctions pouvant aller jusqu’à la fermeture pure et simple suite à la décision prise par le ministre de la Santé. A cet effet, la liste des cliniques concernées a été déposée auprès du Secrétariat général du gouvernement afin de prendre les dispositions appropriées pour fermeture ou mesures à prendre (sanctions) pour non-conformité aux normes ou exercice illégal de la médecine.  Le ministre de la Santé publique ne compte apparemment pas se laisser décontenancer face aux praticiens du public exerçant en noir dans le privé.
Dans une note adressée au président de l’Association nationale des cliniques privées, Louardi a rappelé aux intéressés les dispositions de l’accord conclu entre les différentes composantes du secteur, à savoir  le Conseil national de l’Ordre national des médecins, le Syndicat indépendant des médecins du secteur public ou encore le   Collège syndical national des médecins spécialistes privés.  Pour lui, l’accord n’a pas été respecté. « La décision d’interdire aux professionnels fonctionnaires de santé d’exercer à titre privé lucratif en dehors du service public auprès duquel ils sont affectés, et ce conformément aux dispositions législatives et réglementaires en vigueur», lit-on dans la missive du ministre de la Santé.
 La réaction du ministère ne s’est pas fait attendre puisque pas moins de 170 cliniques ont été inspectées à cet effet à travers le pays. Il en ressort, selon toujours le ministère, que l’exercice illégal se poursuit et ce, en dépit des lettres, des circulaires et des rappels à l’ordre du Ministère appelant au respect de la juridiction en vigueur. « A cet effet, je me trouve encore une fois dans l’obligation de vous rappeler, qu’en dehors des derniers accords avec les partenaires sociaux, la pratique de l’exercice illégal, par tout personnel du ministère de la Santé, n’est nullement tolérable»,  peut-on lire dans la lettre de Louardi.
Pour l’Association des cliniques privées, ces mesures restent abusives et illégales puisque « les articles 27 et 64 ne donnent pas autorité au ministère de la Santé de fermer une clinique en dehors des cas  mettant en jeu la santé des citoyens au moyen d’une plainte au pénal auprès du pouvoir judiciaire ».
Il faut rappeler que cette guerre avait eu lieu lorsque  Baddou était ministre de la Santé et qu’elle avait pris la décision de fermer 13 cliniques. Il faut dire aussi  que Madame Yasmina Baddou n’avait pas fait appel au Secrétariat général du gouvernement pour prendre les dispositions de fermeture ou de sanctions. Il semble que Louardi a retenu la leçon et suit la procédure à la lettre.
Quant aux différents organes représentants de la profession, ils sont unanimes au sujet de l’arbitraire de la décision de l’actuel ministre de la Santé. Ils se disent prêts à défendre leurs droits devant la justice.

Kamal Mountassir
Samedi 18 Mai 2013

Lu 1078 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs