Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




Divers
Scandale de 
Béni Mellal


Le tribunal de première instance de Béni Mellal a décidé lundi de remettre en liberté deux hommes condamnés pour homosexualité.
Les faits jugés remontent au 9 mars lorsque plusieurs jeunes gens avaient fait irruption dans un appartement de Béni Mellal et agressé deux homosexuels, dont l'un a été arrêté le jour même et le second le 25 mars, de même que leurs agresseurs.
Lesdits agresseurs étaient également jugés en première instance pour "entrée par effraction, recours à la violence et port d'armes".

Expulsion de Femen

La wilaya de la région Béni Mellal-Khénifra a décidé, lundi, l'expulsion de deux ressortissantes françaises du territoire national pour leur tentative de mener des actes portant atteinte aux bonnes mœurs et à la morale publique
En application des dispositions de la loi 02-03 relative à l'entrée et au séjour des étrangers dans le Royaume du Maroc, la wilaya de la région Béni Mellal-Khénifra a décidé d'expulser les deux ressortissantes françaises du territoire national, indique un communiqué de la Wilaya.
Entrées dimanche au Maroc, les deux ressortissantes ont été interpellées par les services de sécurité après leur tentative de mener des actes portant atteinte aux bonnes mœurs et à la morale publique, précise la même source.

Affaire du Caïd 
de Deroua

Suite aux développements qu'a connus l'affaire du Caïd de Deroua, province de Berrechid, El Houssine Arbane, le ministère de l'Intérieur a annoncé que l'intéressé devait comparaître le mardi 12 avril devant le conseil de discipline pour prendre à son encontre les mesures administratives qui s'imposent.
Un communiqué du ministère précise, lundi, que le Caïd concerné avait été suspendu le 27 février 2016, suite à une enquête préliminaire.
De même, les services de la Gendarmerie Royale avaient diligenté une enquête avec les parties concernées, depuis le 23 février 2016, et établi les procès-verbaux légaux de poursuite, ajoute la même source. 
L'intéressé devra comparaitre devant le tribunal, suivant les résultats de l'enquête diligentée par les services de la Gendarmerie Royale sous la supervision du Parquet général compétent, conclut le ministère.

Usurpation polisarienne

L'Office des Nations unies à Genève (ONUG) a éconduit une séparatiste du Polisario, qui usurpait le statut officiel de représentant permanent de l'entité fantoche auprès de l'ONUG, a-t-on appris de sources diplomatiques marocaines.
Réagissant avec célérité aux démarches de protestation entreprises par la mission permanente du Royaume du Maroc à Genève, le directeur général de l'ONUG, Michael Moller, a, en effet, refusé toute accréditation à la dénommée Omeima Abdeslam.
La mission permanente du Maroc a été ensuite informée par le directeur général de l'ONUG que la mise en cause a été sommée de cesser immédiatement toute référence au statut de représentant permanent auprès de l'ONUG.

Libé
Mercredi 13 Avril 2016

Lu 306 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs