Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




Démenti

Le ministère de l'Intérieur a "démenti catégoriquement" les allégations rapportées par certains médias, faisant état de l'enlèvement, le 1er novembre à Larache, d'une femme par des policiers en civil.
Après les investigations menées à ce sujet, le ministère de l'Intérieur oppose un démenti catégorique à ces assertions, sachant qu'une enquête judiciaire a été ouverte dans ce sens sous la supervision du parquet compétent et que la présumée victime a comparu devant les services de la police judiciaire, indique samedi le ministère dans un communiqué.
"Tout en informant l'opinion publique nationale de ces faits, et compte tenu de la gravité des accusations gratuites à l'encontre des services de sécurité, il est permis de s'interroger sur les finalités de la propagation, en ce temps précis, de ces allégations et si celles-ci n'avaient pas pour finalité de servir les intérêts de certaines parties, en induisant en erreur l'opinion publique et en portant atteinte à l'image et à la crédibilité des services de sécurité qui exercent leurs fonctions conformément à la loi et sous la supervision du parquet général", ajoute le communiqué.
Le ministère se réserve le droit de recourir à la justice pour poursuivre les parties qui propagent ces accusations.

Accident

Une personne a été tuée et deux autres ont été légèrement blessées, samedi à Marrakech, dans un accident de la circulation entre un véhicule léger et un petit taxi.
Selon une source sécuritaire, l'accident s'est produit à environ 5 heures 30, lorsqu'un véhicule léger a percuté un petit taxi au niveau du douar Koudia au quartier Guéliz, entrainant la mort sur le coup d'une fille de 24 ans, alors que son amie et le chauffeur du taxi ont été légèrement blessés.
La même source ajoute que les blessés ont été évacués vers l'hôpital Ibn Toufail pour recevoir les soins nécessaires tandis que le corps de la victime a été transféré à la morgue municipale.

Libé
Lundi 12 Novembre 2012

Lu 306 fois


1.Posté par salma al maani le 17/11/2012 17:23
"...il est permis de s'interroger sur les finalités de la propagation, en ce temps précis, de ces allégations et si celles-ci n'avaient pas pour finalité de servir les intérêts de certaines parties, en induisant en erreur l'opinion publique et en portant atteinte à l'image et à la crédibilité des services de sécurité..." La réponse : Tous furent victimes d'une attaque d'hystérisme collective! Notamment comme le ministère de l'intérieur est celui qui prononce les sentences à travers celui de la justice, il se permet le lux de menacer avec les poursuite judiciaires pour enlever l'envie de contester & d'informer.
NB : Tous vous etes avvvvertttiii....le ministère de l'intérieur ne plaisante jamais.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs