Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers Economie




Divers Economie
Maritime

Un projet de création d’une société de transport maritime liant le Maghreb au Moyen-Orient est en gestation. Elle aura comme point de départ le port Tanger Med tandis que le point d’arrivée est prévu au port de Jeddah. Cette ligne maritime devrait passer par les ports de Tunis, Alger et Alexandrie. L’enjeu étant de faire de Tanger Med un hub pour le Maghreb et du port de Jeddah un hub pour le Moyen-Orient. A noter que le projet est le résultat d’une étude initiée par le Conseil des Chambres de commerce saoudiennes, qui a été bouclée en mars 2013.

Aérien

Emirates ne deviendra pas N°1 mondial en 2013 (surtout avec la fusion qui se profile entre American Airlines et US Airways). Mais elle le sera très certainement en 2014. Et assurément d’ici à 2018. Car, à cet horizon, la compagnie de Dubaï transportera, selon ses prévisions, 57 millions de passagers, 40% de plus qu’aujourd’hui. En passagers kilomètres transportés (PKT), il sera ainsi difficile de faire mieux. Car quasiment tous les clients d’Emirates voyageront, comme c’est déjà le cas, sur des vols long-courriers d’une durée de 6 à 17 heures. Cette croissance proviendra de l’entrée dans sa flotte d’une multitude d’appareils, tous des gros-porteurs, comme les quelque 140 avions qui composent actuellement la flotte de la compagnie

FCM

Lors de son assemblée générale annuelle, tenue récemment à Rome, la Fédération des experts comptables méditerranéens (FCM) a élu le Marocain Samir Agoumi à la présidence de la fédération pour un mandat de deux ans qui prendra fin en avril 2015. Agoumi, qui occupait depuis avril 2011 le poste de vice-président et représentait l’Ordre des experts comptables du Royaume du Maroc (OEC) au FCM depuis plusieurs années, a derrière lui plus de 30 ans d’expérience en audit et comptabilité. Il est actuellement le président de «Dar Al Khibra», cabinet d’expertise-comptabilité qu’il a fondé en 1983.

MRE

17% des Marocains résidant à l’étranger (MRE) actifs exercent dans des professions scientifiques, intellectuelles et managériales très qualifiées. Et ce, au moment où 54% des MRE s’activent dans des emplois intermédiaires dans des domaines tels que l’enseignement, la santé, la communication, la gestion et le commerce, les postes sans ou à basse qualification ne représentent plus que 28% de l’effectif. De ce fait, le Maroc est classé au 3ème rang mondial, avec 17% en termes de taux d’émigration des compétences qualifiées. Il est certain qu’une politique efficace de mobilisation des compétences peut ralentir cette évasion et même en inverser la tendance en la rendant plus profitable au Royaume.

Libé
Mardi 14 Mai 2013

Lu 135 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs