Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Dissensions confessionnelles au Liban entre Sunnites et Chiites conséquentes au conflit syrien




Dissensions confessionnelles au Liban entre Sunnites et Chiites conséquentes au conflit syrien
Des manifestations de colère ont eu lieu après des attaques qui ont visé trois dignitaires religieux sunnites dans des quartiers à majorité chiite de Beyrouth, a rapporté lundi l’agence officielle d’information libanaise (ANI).
«Cheikh Mazen Hariri et cheikh Ahmad Fakhran de Dar al-Fatwa ont été attaqués (dimanche soir) dans le quartier de Khandaq al-Ghamiq, alors qu’ils se rendaient à la mosquée Mohammad al-Amine», a indiqué l’Ani.
Dar al-Fatwa est la plus haute instance religieuse sunnite au Liban.
Les deux victimes ont été conduites à l’hôpital Makassed pour y être soignées. La presse libanaise a publié lundi matin des photos des dignitaires, l’un portant une minerve et l’autre ayant les yeux tuméfiés.
Un troisième dignitaire sunnite, cheikh Omar Imami, a été agressé à Chiyah, dans les faubourgs à majorité chiite du sud de la capitale. Il a reçu les premiers soins à Beyrouth avant d’être transféré dans l’est du pays, précise l’Ani.
A l’annonce des attaques, des manifestants se sont rassemblés dans les rues près de l’hôpital Makassed, brûlant des pneus pour bloquer la circulation et réclamant l’arrestation des agresseurs.
Dans un communiqué publié dimanche vers minuit, l’armée a indiqué avoir arrêté plusieurs suspects. Ces incidents interviennent dans un climat confessionnel tendu au Liban entre les deux principales branches de l’islam, conséquence du conflit en Syrie voisine.
Une majorité de chiites appuie ainsi le régime du président syrien Bachar Al-Assad, alors que la plus grande partie des sunnites libanais soutient les rebelles qui se sont soulevés contre le chef d’Etat.
Le Premier ministre libanais, de confession sunnite, qui se trouve en Italie pour l’intronisation du pape a appelé au calme.
Ces attaques ont également été condamnées par les deux principaux partis chiites, Amal et Hezbollah. Dans un communiqué conjoint, ces deux mouvements qualifient ces incidents de «tentatives (visant à) attiser la zizanie confessionnelle» et demandent aussi que les agresseurs soient traduits en justice.

Libé
Mardi 19 Mars 2013

Lu 277 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs