Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Disparition momentanée et inexpliquée de Bachir Moustafa Sayed au nord de la Mauritanie




Des sources, généralement bien informées, rapportent que Bachir Moustafa Sayed aurait mystérieusement disparu dans le nord de la Mauritanie. L’information diffusée sur les antennes de la radio Médi 1 ne donne pas de détail. Elle précise néanmoins que les autorités mauritaniennes ont mis un hélicoptère  à la disposition du Polisario pour d’éventuelles recherches du disparu.
Frère cadet du fondateur du Polisario, El Wali Moustafa Sayed, a longtemps été écarté par les renseignements algériens qui lui avaient retiré son passeport  diplomatique. Ce qui l’avait poussé à solliciter un passeport mauritanien qu’il obtint sur intervention du  directeur du cabinet de l’ancien président Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya. Il a été réhabilité dernièrement pour occuper le poste de ministre conseiller à la prétendue présidence du Polisario. Ce qui avait amené certains observateurs à penser qu’à travers cette réhabilitation, les chefs du DRS le préparaient à succéder à Mohamed Abdelaziz à la tête du mouvement séparatiste.  Lesdits  chefs, ayant confiance en la loyauté de Brahim Ghali envers eux, ont finalement opté pour sa désignation. 
Cette disparition qui n’est pas sans rappeler celle, il y a trente sept ans, d’El-Wali, dans le nord de la Mauritanie, a créé des doutes chez certains observateurs qui n’ont pas écarté  l’éventualité d’un coup monté par les services algériens pour se débarrasser d’un élément devenu encombrant.
D’autres sont allés jusqu’à déclarer que le disparu, mécontent de la désignation de Brahim Ghali, aurait rejoint le Maroc. 
Mais voilà qu’on nous annonce la découverte, par une brigade de la gendarmerie mauritanienne, du disparu, fatigué mais en vie, rapporte-t-on. L’intéressé était en compagnie d’un notable sahraoui. A son retour, son véhicule aurait eu une première crevaison puis une autre, le clouant dans les confins du grand désert s’étendant de l’Algérie à la Mauritanie. Comble de poisse, son satellitaire se serait déchargé, il n’avait qu’à se résigner à son sort et à se satisfaire de l’importante quantité d’eau qu’il y avait à bord du véhicule en attendant d’éventuels secours. On parle de quelque 200 litres d’eau. Il faut le faire.


Ahmadou El-Katab
Lundi 25 Juillet 2016

Lu 1358 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs