Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Disney passe à la vitesse supérieure dans la vidéo en ligne




Confronté comme les autres grands groupes de médias américains à l'essor de la vidéo en ligne, Disney a réagi en investissant dans un expert des technologies liées au streaming et en lançant un projet de service en ligne pour son bouquet sportif ESPN. Le géant des médias et du divertissement va payer un milliard de dollars pour prendre une participation de 33% dans BAMTech, une entreprise issue de la branche d'activités numériques de la Ligue américaine de Baseball (MLB) et dans laquelle la Ligue de Hockey (NHL) est aussi actionnaire minoritaire. Disney prévoit de payer en deux versements, l'un maintenant et l'autre en janvier 2017. L'accord s'accompagne d'une option pour prendre dans les années suivantes le contrôle majoritaire de BAMTech.
Dans son communiqué, Disney explique que cette société va devenir "un partenaire clé" pour la distribution et le support technique de produits numériques et de vidéo en ligne issus de ses réseaux de télévision ABC et surtout ESPN (sport). La collaboration prévoit en effet le lancement futur d'un service en ligne par abonnement sous la marque ESPN, qui comprendra des contenus fournis par le bouquet sportif de Disney ainsi que par BAMTech, et notamment des événements sportifs en direct.
Comme beaucoup d'autres groupes de médias, Disney commence à vraiment ressentir l'impact de la concurrence de la vidéo en ligne, que de nombreux jeunes consommateurs privilégient à la télévision traditionnelle.
Le groupe a notamment dû concéder depuis l'été dernier une érosion des abonnements d'ESPN, un choc pour beaucoup d'observateurs qui considéraient jusqu'ici le bouquet sportif comme immunisé à la concurrence d'Internet en raison de ses retransmissions de matchs en direct. Et le troisième trimestre décalé de son exercice en cours l'a confirmé mardi: Disney a encore fait état d'un déclin d'abonnés chez ESPN.
Le chiffre d'affaires de l'ensemble de ses chaînes câblées a augmenté de seulement 1% à 4,2 milliards de dollars. La croissance de l'ensemble du groupe a néanmoins été soutenue par la grande forme des studios de cinéma et, dans une moindre mesure, des parcs d'attraction.
Au final, son bénéfice net a augmenté de 5% à 2,6 milliards de dollars et le chiffre d'affaires de 9% à 14,3 milliards de dollars. Dans les échanges électroniques suivant la clôture de Wall Street, l'action Disney reculait de 1,37% à 95,35 dollars vers 21H00 GMT.

Jeudi 11 Août 2016

Lu 674 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs