Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Diplôme indispensable mais pas suffisant pour accéder à l’enseignement supérieur : 155.000 élèves ont décroché leur bac




Diplôme indispensable mais pas suffisant pour accéder à l’enseignement supérieur :  155.000 élèves ont décroché leur bac
Lundi,  17h15, une foule énorme paralyse la rue menant vers le lycée Oued Eddahab au quartier Sbata à Casablanca. Des centaines d’élèves et leurs parents se sont agglutinés devant le portail de l’établissement, attendant patiemment l’affichage des résultats du Baccalauréat.
Saïd, 18 ans, élève en sciences littéraires et humaines, est là depuis 14h00. Un SMS a fait le tour de Casablanca annonçant que les résultats seront affichés à partir de 15h00.
Pour lui, l’attente est trop dure à supporter. Elle est plus angoissante que les examens eux-mêmes. "Pendant les examens, on est au moins en pleine action. Mais, une fois les épreuves terminées, on doit attendre des semaines pour savoir si on a réussi ou non. Je crois que c’est très stressant», a-t-il expliqué.
« Mais, le plus affolant pour moi, ce sont les interrogations récurrentes  des parents, des proches ou des amis sur la date de publication des résultats et sur mes chances de réussite. Cela me rend vraiment fou », a-t-il ajouté. 
Pourtant Saïd n’est pas le seul à être inquiet, sa mère, Fatima, elle aussi est nerveuse. "Ces derniers jours, j’ai le sentiment que je ne vis que dans l’attente des résultats de mon fils", explique-t-elle. « Je n’arrive pas à me ronger les sangs pour lui. Je ne serai calme qu’une fois son nom affiché sur la liste des lauréats. Tous les jours je prie pour qu’il réussisse. Si c’est le cas, je ferais une grande fête », a-t-elle poursuivi.
D'autres candidats vivent cette attente avec plus de retenue. C’est le cas de Jamal, 17 ans, élève en sciences techniques : «Je crois que les dès sont jetés d’avance. Les résultats d’aujourd’hui ne vont pas changer grand-chose ».  Une insouciance que condamne Halima, sa tante. "Je n’arrive pas à comprendre comment il peut être si calme, alors que moi, je ne tiens plus en place", note-t-elle. « Son cas est délicat : ses parents ont beaucoup misé sur lui. Son échec sera inacceptable ».
Saïd jette un regard furtif sur la montre de son portable. Le temps passe lentement et il doit encore patienter. Les résultats tardent encore à être affichés.
En attendant, parents et enfants tentent de faire tout ce qu'ils peuvent pour lutter contre cette angoisse. On parle du  Ramadan qui approche à grands pas, des vacances, de la canicule, des vieux souvenirs d’école, de l’avenir… bref, on parle de tout et de rien. Question de tuer le temps.
Il est exactement 17h30, sur le toit du lycée, des ombres se profilent. Il s’agit de l’un des employés de l’établissement suivi de quelques professeurs, portant les tableaux annonçant les résultats.
Leur nombre réduit en disait long sur le taux de réussite cette année.  Les cœurs ont commencé à battre la chamade et la tension est montée d’un cran. Un mélange d’extase et d’angoisse s’emparait des parents et de leurs progénitures. Leurs regards se sont fixés sur lesdits tableaux et en dehors rien n’existe. Chacun cherche à trouver son nom ou celui de ses proches. Mais cette mission s’avère difficile. La distance trop éloignée des tableaux a rendu l’écriture illisible.  
Il faut attendre quelques minutes pour que les premiers éclats de rire et de joie envahissent le lieu. Les admis sont heureux. Ils distribuent les accolades et les embrassades à qui veut. Leur joie est immense. Pour eux, c’est une vraie délivrance.
Saïd est aussi aux anges. Il vient d’obtenir son Bac et il fera désormais partie des 25.000 élèves scolarisés dans l'enseignement public et privé ayant décroché leur Baccalauréat dans la région du Grand Casablanca pour l'année scolaire 2010-2011.
Selon des chiffres émanant de l'Académie régionale de l'éducation et de la formation du Grand Casablanca, le taux de réussite au Baccalauréat dans la région pour l'ensemble des élèves scolarisés s’est élevé à 44,52% et le nombre des mentions est passé de 8.612 en 2010 à 12.254 cette année, réparties sur 8.167 établissements publics et 4.084 établissements privés.
Au niveau national, 155.000 élèves ont réussi à décrocher l’incontournable sésame, soit 47,4%.
Saïd a toujours rêvé de ce moment. Il a toujours espéré décrocher le fameux diplôme, qui déterminera son avenir. Mais qui va surtout procurer de la joie à ses parents.
De l’autre côté de la rue, la téléboutique en face ne semble pas se désemplir. Les élèves affluent en masse pour annoncer aux parents et aux amis la bonne nouvelle. Pour le gérant, cette journée est une vraie aubaine. Une occasion de gagner  quelques sous de plus.
Pourtant, il n’y a pas que les bonnes nouvelles qui circulent. Le nombre de recalés est non négligeable. Ils représentent plus de 50%. Ils sont là à regarder avec envie et colère leurs camardes de classe ou voisins. Si certains d’entre eux parviennent à retenir leurs larmes difficilement, d’autres ont laissé éclater leur émotion. C’est le cas de Marawa, 18 ans, élève en section mathématiques, qui a du mal à digérer son échec. Elle pense être victime des correcteurs. « Certains correcteurs manquent de concentration, peut-être parfois pour des raisons personnelles. Et ce sont alors les élèves qui en subissent les conséquences. Je n’arrive pas à comprendre comment des élèves médiocres ont réussi et pas moi. Coup de chance, triche, ou tout simplement ont-ils eu grâce aux yeux des correcteurs? Je ne sais pas ».
Il est 19h00, les lieux ont commencé à se vider et se calmer peu à peu. La foule se dissipe et les heureux lauréats ont décidé de parcourir à pied le chemin qui les sépare de leurs maisons alors que d’autres ont préféré fêter cet événement sur place ou chez d’autres amis.
Pour Saïd, il est temps de rentrer pour savourer  sa réussite. 
 
 
Les filles représentent 50% du total des admis
 
L'amélioration palpable des résultats du baccalauréat au titre de l'année scolaire 2010-2011 est le fruit des mesures prises par le ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la recherche scientifique, a indiqué le directeur du Centre national des examens, Mohamed Sassi.
Cette amélioration s'explique par le renforcement des mesures pédagogiques, d'encadrement et de communication prises lors de la période des examens, a précisé M. Sassi lors d'un point de presse consacré à la présentation des résultats de la session ordinaire du Baccalauréat.
Ces mesures, a-t-il dit, consistent notamment en la stabilité de l'ingénierie pédagogique du cycle du Baccalauréat, appliquée depuis 2007-2008, et l'encadrement des examens régionaux de la première année du cycle du baccalauréat outre la maîtrise de la gestion du temps scolaire.
M. Sassi a également mis l'accent sur l'importance de l'encadrement de la préparation des épreuves de l'examen national.
L'amélioration de la communication avec les candidats est également parmi les facteurs ayant contribué à ces résultats, a poursuivi M. Sassi rappelant l'importance du rôle joué par les cours de soutien au profit des candidats.
Le taux de réussite à la session ordinaire du baccalauréat 2011 a atteint 47,4 % au niveau national, soit une hausse de plus de 6 % par rapport à l'année 2010, avait annoncé le ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la recherche scientifique, soulignant que les filles représentent 50% du total des admis. 

Libé
Mercredi 6 Juillet 2011

Lu 655 fois


1.Posté par مغربي le 06/07/2011 11:57
ألف مبروك لجميع التلاميذ الذين نجحوا في امتحان الباكلوريا وحضا موفقا لأصحاب الدورة الإستدراكية

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs