Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Di Natale assure la rédemption de la Squadra




Di Natale assure la rédemption de la Squadra
Le “vieil” Antonio Di Natale (34 ans) a assuré la rédemption de l’Italie assaillie de doutes, de blessures et de scandales en marquant contre l’Espagne (1-1), après deux ans d’absence sous le maillot “azzurro”. Fidèle depuis sept saisons à l’Udinese malgré des sollicitations des grands d’Italie, Di Natale représente la part noble du “calcio”.
Son but à la 61e minute, aussitôt après son entrée en jeu à la place de Mario Balotelli, qui représente plutôt les mauvais côtés du football italien avec ses caprices de star (et son match raté), a offert un bol d’air à un sport souillé par le “Calcioscommesse”, le scandale des matches truqués.
Car pendant les affaires, le football à l’italienne continue. Di Natale est un concentré de ce sens de la compétition, exploitant sa première occasion, sur un lancement parfait d’Andrea Pirlo.
Il avait quitté le haut niveau international sur un tir au but raté en quarts de finale de l’Euro-2008, justement contre l’Espagne, et a pris une belle revanche, marquant son 11e but pour sa 38e sélection. Cesare Prandelli l’a inclus dans la liste alors qu’il ne l’avait jamais sélectionné en deux ans. Il l’a à peine essayé quelques minutes lors du dernier match amical contre la Russie, lourdement perdu (3-0).
Mais le sélectionneur italien avait assuré, lorsque “Toto” avait manqué sur blessure l’amical contre les Etats-Unis le 29 février, ne pas avoir besoin de le voir en match tant il était sûr de ses qualités de buteur.
Di Natale a marqué 80 buts en Serie A ces trois dernières saisons, terminant meilleur buteur en 2010 et 2011. Il a joué un rôle majeur dans les exploits de l’Udinese, qualifiée en barrages de Ligue des champions pour la seconde fois consécutive malgré des moyens financiers limités.
Cette superbe histoire de Toto fait oublier l’espace d’un match le Calcioscommesse, et rappelle de bons souvenirs sportifs: déjà en 2006 (“Calciopoli”) et 1982 (“Totonero”), l’Italie avait remporté le Mondial dans la foulée de deux grands scandales...

Libé
Mardi 12 Juin 2012

Lu 372 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs