Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Devant le Conseil des droits de l’ONU : Tripoli accuse l’OTAN de crimes de guerre




La Libye a accusé jeudi les insurgés et l'Otan de commettre des crimes de guerre sur son territoire, tout en démentant fermement un rapport de l'ONU qui conclut que l'armée régulière de Tripoli a perpétré des crimes, des enlèvements et des actes de torture.
Moustafa A.A. Chaban, du ministère libyen des Affaires étrangères, a lancé ces accusations à Genève devant le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies.
«Les villes aux mains des bandes armées sont victimes de terribles violations des droits de l'Homme et de crimes abominables», a dit Chaban. «A Misrata, des bandes de Libyens et des étrangers qui ont été arrêtés ont avoué avoir tranché la gorge et les seins de femmes et même avoir commis des actes de cannibalisme», a-t-il poursuivi.
«Les violations des droits de l'Homme commises par l'Otan en Libye équivalent à des crimes contre l'humanité et à des crimes de guerre(...)», a-t-il ajouté dans un discours.
La Libye a, par ailleurs, nié jeudi devant le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU avoir eu recours à la violence contre les civils, accusant en revanche l'Otan de violations des droits de l'Homme.
Le chef de la délégation libyenne s'exprimait alors que le Conseil examine un rapport sur la Libye ayant établi que le régime Kadhafi avait commis des «crimes contre l'humanité» et des «crimes de guerre» lors de la répression contre le soulèvement populaire de février qui a dégénéré en «guerre civile». «Mon pays est engagé à respecter les libertés fondamentales malgré les tensions et la situation en Libye», a déclaré Mustafa Shaban, chef de la section Ecosoc (Conseil économique et social de l'ONU) auprès du ministère des Affaires étrangères libyen.
«Nous nions toute utilisation répandue de la violence et tout irrespect des droits de l'Homme», a-t-il dit.
«Nous nions le fait qu'il y aurait des attaques systématiques contre les civils (...), des détentions arbitraires tel que l'explique le rapport», a-t-il insisté.
M. Shaban a fait valoir que les médias internationaux avaient donné des «informations erronées qui décrivent faussement la situation» sur le terrain, considérant que «cela a entraîné une haine contre les autorités libyennes».
Il a soutenu que les manifestations pacifiques en Libye n'ont duré que «quelques heures» le 15 février, jugeant que ces protestations avaient été par la suite prises en main par des «organisations terroristes» qui les ont transformées en «une rébellion armée».
«Nous avons considéré que notre réaction a été la plus civilisée possible», a-t-il jugé, soulignant que son pays présentait «une plainte officielle concernant les violations des droits de l'Homme en Libye par l'Otan».
«Nous voudrions une enquête sur les violations des droits de l'Homme par l'Otan», a-t-il répété, citant la «présence de mercenaires américains et étrangers, (des) viols (...), le fait que l'Otan attaque des infrastructures civiles et religieuses».

Libé
Vendredi 10 Juin 2011

Lu 282 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs