Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Deuxième report de l’assemblée du HUSA




Deuxième report de l’assemblée du HUSA
Prévue samedi à 18 heures dans un établissement hôtelier de la ville, l’assemblée générale du Hassania d’Agadir a été reportée pour la deuxième fois, un report qui en dit long sur le mode de gouvernance du premier club professionnel du Souss-Massa-Drâa.
A l’heure prévue, c’est-à-dire 18 h 00, les représentants de la presse se sont rendus sur les lieux pour couvrir cette assemblée tant attendue par tous les sportifs soussis et en particulier les supporters de la gazelle du Souss. Mais une fois sur place, ils se rendirent compte qu’il y avait quelque chose d’anormal. 
En effet, devant l’établissement, il n’y avait que les membres de l’Association Abtal Al Hassania venus observer  un sit-in pour  rappeler aux adhérents du club qu’ils n’avaient toujours pas touché leurs primes concernant les deux championnats qu’ils avaient remportés lors des saisons 2001-2002 et 2002-2003. 
Habib Sidinou, l’ancien trésorier général et porte-parole du club, qui était venu, lui aussi, à la même heure ne put s’empêcher d’exprimer son étonnement face à cette situation. Et tandis que la presse  s’apprêtait à quitter les lieux, le secrétaire général du club l’informa que l’assemblée générale  était prévue pour 19 h 00 et non 18 h 00.  De retour sur les lieux à 19 h 00, le même secrétaire général prit la parole lors de la réunion pour annoncer à l’assistance que le quorum n’était pas atteint et que le président était à Ifrane avec l’équipe. Donc, l’assemblée générale était reportée à la date du 29 juillet 2012.  Il semblerait donc que le changement auquel tout le monde appelle de tous ses voeux soit inéluctable cette année, mais il risque de se faire dans la douleur.  Ce qui se passe actuellement  au Hassania d’Agadir montre, encore une fois, à quel point le sport national, le football en tête, a besoin d’un nouveau mode de gouvernance favorisant une vraie gestion démocratique, claire et transparente, et mettant toutes ses structures (clubs, ligues, fédérations et comité olympique) à l’abri de toute dérive.  Le ministère de la Jeunesse et des Sports qui exerce le pouvoir de tutelle de l’Etat sur le sport national devrait se montrer dorénavant très vigilant et remplir pleinement son rôle en barrant le chemin à toutes déviances dans ce domaine et à toutes tentatives d’accaparement. 

M’BARK CHBANI
Dimanche 15 Juillet 2012

Lu 196 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs