Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Deuxième chef d’Etat français devant la justice : Nicolas Sarkozy entendu par un juge dans l’affaire Bettencourt




Deuxième chef d’Etat français devant la justice : Nicolas Sarkozy entendu par un juge dans l’affaire Bettencourt
Nicolas Sarkozy est arrivé jeudi matin au palais de justice de Bordeaux en vue d’une possible mise en examen dans l’enquête sur la fortune de l’héritière de L’Oréal Liliane Bettencourt, ont constaté des correspondants de Reuters.
 L’ancien chef de l’Etat, qui doit être interrogé par le juge d’instruction Jean-Michel Gentil en compagnie de son avocat Thierry Herzog, est arrivé aux alentours de 09h10.
 Nicolas Sarkozy, deuxième ex-chef d’Etat de la Ve République à être interrogé par la justice pénale après Jacques Chirac, est convoqué aux fins de mise en examen dans le volet du dossier portant sur un présumé «abus de faiblesse» sur Liliane Bettencourt, selon une source judiciaire.
 Techniquement, il n’est cependant pas exclu qu’il soit placé en fin d’audition sous le statut de témoin assisté, à condition que le juge accepte ses explications.
L’ancien président nie toute malversation dans l’affaire. Ce dossier relatif à la fortune Bettencourt, ouvert en 2007 avec une plainte de sa fille Françoise Meyers, a amené notamment la découverte de retraits en espèces de plusieurs millions sur la fortune de l’héritière en 2007-2009.
 Ils pourraient avoir servi à financer la campagne de l’ancien président en 2007, avec l’implication de tiers déjà poursuivis dans le dossier, comme l’ex-gestionnaire de fortune Patrice de Maistre, qui était membre du Premier cercle, club des donateurs fortunés de l’UMP.
 Troisième fortune de France et 15e au monde avec environ 17 milliards d’euros, selon des classements de Challenges et Forbes, Liliane Bettencourt est en état de démence depuis 2006 au moins selon une expertise versée au dossier. Elle a été placée sous tutelle de sa famille en 2011.
Cette affaire judiciaire intervient en plein psychodrame à l’UMP, la formation politique de M. Sarkozy, où le bras de fer entre le secrétaire général Jean-François Copé et l’ancien Premier ministre François Fillon pour la présidence de l’UMP menace le parti d’implosion.

Libé
Vendredi 23 Novembre 2012

Lu 189 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs