Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Deux mois après la chute du régime en libye : Le clan Kadhafi activement recherché




Près de deux mois après la chute du régime de Mouammar Kadhafi, les nouvelles autorités libyennes sont bredouilles dans leur traque de l'ex-leader et de ses proches se heurtant, selon des responsables, à leurs ruses et leur ténacité.
Dernière fausse joie en date pour les pro-CNT: la capture de Mouatassim Kadhafi à Syrte. Confirmée mercredi par un haut responsable du Conseil national de transition (CNT), elle a finalement été démentie le lendemain. Médecin et militaire de carrière, Mouatassim Kadhafi avait été promu par son père à la tête du Conseil de sécurité nationale en 2007. A ce titre, il dirigeait sa propre unité d'élite. Sa prise aurait constitué une belle victoire pour le nouveau pouvoir, en butte depuis plusieurs semaines à une résistance farouche des pro-Kadhafi à Syrte (360 km à l'est de Tripoli) et un statu quo qui dure à Bani Walid (170 km au sud-est de la capitale). "Il est très important d'amener Kadhafi, ses fils et son cercle rapproché de loyalistes devant la justice, ils ont commis de nombreux crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. Nous les recherchons activement et les fils sont en tête de liste", a indiqué à l'AFP Adboul Rahmane Boussine, porte-parole militaire du CNT.
Le 9 septembre, Interpol avait diffusé une  "notice rouge"  pour demander l'arrestation de Mouammar Kadhafi, de son fils Seif Al-Islam et de son beau-frère Abdallah Al-Senoussi, ancien chef des services de renseignement, visés par un mandat d'arrêt international émis par la Cour pénale internationale (CPI). Saadi Kadhafi fait également l'objet d'un avis de recherche  "à la demande des autorités libyennes"  et aurait été vu pour la dernière fois au Niger. Mais Mouammar Kadhafi reste introuvable depuis des semaines et trois de ses fils, Mohamed, Seif Al-Islam et Mouatassim, ont été annoncés à tort comme arrêtés. Seif Al-Islam, qui fut souvent présenté comme le possible successeur de son père, avait été donné pour capturé le 22 août, alors que les  "rebelles"  venaient d'entrer dans Tripoli, avant de réapparaître triomphalement dans la nuit devant des journalistes, s'offrant même un bain de foule à Bab Al-Aziziya, alors encore la caserne-résidence de son père. Dans la même période, les combattants anti-Kadhafi avaient également annoncé avoir capturé Mohamed, premier des huit enfants de l'ex- "Guide”. Mais dès le lendemain, un haut responsable de la  "rébellion"  avait indiqué qu'il était parvenu à s'échapper.  Après la capture annoncée puis démentie de Mouatassim Kadhafi, M. Boussine s'interroge sur une possible manipulation. "Il pourrait s'agir d'une stratégie, d'une rumeur répandue pour semer la confusion et lui permettre de s'échapper de Syrte"  où les combattants le soupçonnent d'être réfugié, estime-t-il.  "C'est le genre de ruses dont ils ont l'habitude", confirme Ouahid Bouchane, président du Conseil local du CNT à Gharyane, dans les montagnes de Nefoussa, dans l'ouest du pays. "Concernant Seif Al-Islam par exemple, ils ont diffusé des images le présentant avec des hommes portant l'uniforme des rebelles. Ces techniques ont souvent été utilisées par le régime"  Kadhafi, indique-t-il. Pour les combattants du CNT, Seif Al-Islam aurait trouvé refuge à Bani Walid.  "Vu la façon dont ils se battent, il y a quelqu'un d'important à protéger”, souligne M. Bouchane. Aïcha Kadhafi, ses frères Mohamed et Hannibal, sa mère Safia et de nombreux membres de la famille, surtout des enfants, se trouveraient aujourd'hui en Algérie où ils ont été autorisés fin août à entrer, selon Alger, pour des  "raisons strictement humanitaires”. Quant à Mouammar Kadhafi, il pourrait, selon M. Boussine, se trouver dans la vaste zone désertique du sud du pays où il serait facile pour lui de traverser les frontières avec le Niger, l'Algérie ou le Tchad. "Nous le traquons, nous avons des équipes spécialisées, nous serons en mesure de l'arrêter, ce n'est qu'une question de temps", estime M. Bouchane.

Libé
Samedi 15 Octobre 2011

Lu 513 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs