Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Deux Marocains membres de l'Académie des Oscars

Khadija Alami seule femme marocaine dans cette institution




Khadija Alami fait son entrée à l’Académie des Oscars et devient ainsi la seule femme marocaine membre de cette prestigieuse institution, aux côtés de  l’incontournable Nabil Ayouch. La productrice connue sur la scène nationale et internationale, notamment pour avoir produit «The Narrow Frame of Midnight (Itar El Layl) de Tala Hadid, ou encore «Insoumise» de Jawad Rhalib, a également contribué à la production d’importants long-métrages américains tels que «L’Exorciste, au commencement» de Paul Schrader, et «Captain Phillips» de Paul Greengrass.
Khadija Alami étudie les sciences économiques et obtient son diplôme universitaire dans le Nord de la France. Passionnée de cinéma, elle fréquente en parallèle les salles obscures. Entre ses études d’économie et son amour pour le septième art, elle conquiert le monde de la production cinématographique avec sagesse et discrétion, loin des projecteurs et sans prétention. Elle crée la société K Films en 1998 pour fournir des prestations de service et des équipes techniques aux grandes productions cinématographiques internationales qui se tournent au Maroc. Elle collabore ainsi à plus de quarante productions internationales.
Des trois courts métrages qu’elle produit notamment, Au bonheur des dames est réalisé par elle-même, et Imagine si de Myriam Bakir et Flou de Youssef Britel confirment sa capacité d’écoute et son implication dans le soutien indéfectible aux jeunes talents. Reconnue depuis ses débuts pour ses nombreuses compétences, pour la discipline et l’engagement qui sont les siens, Khadija Alami apporte indéniablement sa pierre à l’édifice de l’industrie cinématographique marocaine, avec détermination et ambition.
Pour sa part, Nabil Ayouch et après trois années de cours de théâtre, il s'oriente vers la réalisation. Il débute par la publicité en 1992 et la même année signe son premier court-métrage «Les pierres bleues du désert» avec Jamel Debbouze, suivent deux autres court-métrages en 1994 et 1996, tous largement primés dans divers festivals internationaux. En 1997, il réalise son premier long-métrage «Mektoub» qui remporte un énorme succès au Maroc et qui sera le premier film à représenter le Maroc à l'Académie des Oscars. Il réalise son deuxième film en 2000, «Ali Zaoua prince de la rue», l'histoire émouvante d'enfants sans-abri confrontés à la violence de la rue, et qui, après le meurtre de leur camarade Ali, cherchent "l'île aux deux soleils" où il avait tant rêvé de s'échapper, pour l'y enterrer. Avec ce nouveau long-métrage, Ayouch représente une fois de plus le Maroc dans la course aux Oscars. Fort de ses succès, il poursuit sa carrière avec «Une minute de soleil en moins», en 2003. Le cinéaste revient quatre ans plus tard au cinéma, avec «Whatever Lola Wants», où il suit le parcours d'une danseuse orientale qui rêve d'apprendre auprès de son modèle, l'hypnotique Ismahan, jouée par Carmen Lebbos. Il s'attèle ensuite à un documentaire, «My Land», qui donne la parole aux exilés palestiniens, expulsés de leurs propres villages lors de la création de l'Etat d'Israël en 1948.
Nabil Ayouch se fait à nouveau l'ambassadeur du Maroc aux Oscars avec «Les Chevaux de Dieu» en 2012, qui traite un thème tristement actuel, celui de la radicalisation religieuse d'un jeune Marocain et de son impact sur sa famille. Il réalise ensuite son septième long-métrage, «Much Loved» qui relate le quotidien de jeunes femmes marocaines prostituées à Marrakech. Un scénario qui n’avait pas été du goût du gouvernement, puisque le film n’a jamais été projeté au Maroc qualifié d’ «outrage grave aux valeurs morales».

Mehdi Ouassat
Mercredi 5 Juillet 2017

Lu 766 fois


1.Posté par DR IDRISSI MY AHMED le 04/07/2017 21:13
Bravo madame . Les gens de Tahala vont être heureux de votre réussite. A ajouter , qu'enfant , elle avoisinait le cinéma de son honorable père. Économiste ou financière, n'empêche pas d'aimer la littérature, la poésie et les arts !

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs