Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Désaveu pour la majorité et montée du Front national aux régionales : La gauche française au firmament




Désaveu pour la majorité et montée du Front national aux régionales : La gauche française au firmament
La gauche a signé dimanche un succès écrasant aux dépens de la majorité présidentielle au premier tour des élections régionales, marqué par une abstention sans précédent, proche de 54% en métropole.
Jamais pareille démobilisation n'avait caractérisé une élection régionale en France. L'abstention avait atteint 37,9% au premier tour du précédent scrutin en 2004, qui s'était soldé par un raz-de-marée de la gauche sur les 26 régions françaises, la droite ne conservant que l'Alsace et la Corse.
La Corse pourrait basculer à gauche et une bataille serrée s'annonce en Alsace, ce qui laisse entrevoir à l'opposition le "grand chelem" espéré.
Le bloc de gauche, avec 50% des suffrages - dont 29,38% au Parti socialiste - s'adjuge un score historique sous la Ve République, alors que la droite parlementaire s'étiole. "Symboliquement, c'est essentiel d'être devant, c'était la dernière ligne de résistance de l'UMP", juge Jérôme Fourquet (Ifop).
Pour Gaël Sliman (BVA), "c'est une énorme claque pour l'UMP".
Aux régionales de 2004, le bloc de gauche avait recueilli 39,1% des voix contre 33,7% à la droite parlementaire au premier tour. Aux élections européennes de juin 2009, l'UMP s'était placée en tête avec 27,8%, contre 16,48% à la gauche.
L'UMP et ses alliés, des souverainistes du Mouvement pour la France (MPF) de Philippe de Villiers à La Gauche moderne de l'ex-socialiste Jean-Marie Bockel, subissent dimanche un désaveu avec un score de 26,18%.
Europe Ecologie, après sa percée aux élections européennes de juin 2009, conforte son statut de troisième force politique du pays avec un score de 12,46%, en deçà toutefois des 16,2% engrangés l'an dernier.
Le Front national, qui comptait se refaire une santé après une série de contre-performances électorales, réussit un score au-delà de ses prévisions avec 11,74% : il est en mesure de jouer les trouble-fête dans 12 régions où il peut provoquer des triangulaires traditionnellement fatales à la droite.
Le président du FN, Jean-Marie Le Pen, s'adjuge plus de 20% des voix en Provence-Alpes-Côte d'Azur. Le parti d'extrême droite ne retrouve pas toutefois l'étiage le plus favorable. Au premier tour en 2004, il avait obtenu 14,7%. En 2002, Jean-Marine Le Pen avait accédé au second tour de la présidentielle avec 16,86%, mais il n'avait recueilli que 10,44% à celle de 2007.
Le Front de gauche, alliance entre les communistes et le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon, réussit à glaner 6% des suffrages. Le baptême du feu du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) d'Olivier Besancenot dans une élection nationale - il était présent dans certaines régions aux européennes - est cuisant, avec un faible score aux alentours de 2,5%.
Le Mouvement Démocrate (MoDem) s'effondre sous la barre des 5%, à 4,3%. Son score était de 8,46% aux européennes. Son dirigeant François Bayrou, pour autant, ne renonce pas à son combat.
"C'est une déception, c'est un désagrément, c'est un passage rude, mais ce n'est pas une honte", a-t-il dit.
L'UMP, qui avait misé sur l'union dès le premier tour, en a appelé aux abstentionnistes car elle dispose de très peu de réserves de voix pour le second tour du 21 mars.
"Rien n'est joué pour le second tour dans de nombreuses régions", a souligné le Premier ministre, François Fillon, lors d'une brève allocution à Matignon.
"Tout reste ouvert parce que les électeurs ne sont la propriété d'aucun parti", a-t-il ajouté, avec une invite appuyée aux électeurs d'Europe Ecologie et à ceux d'extrême droite.
Les listes de la majorité sont en tête notamment en Île-de-France, en Franche-Comté, en Auvergne ou dans le Centre mais sont désavantagées arithmétiquement pour le second tour.
La stratégie de la droite, dictée par Nicolas Sarkozy, "n'a pas été payante", estime Brice Teinturier, directeur général adjoint de TNS Sofres.
Le premier secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, a, pour sa part, appelé les électeurs à "amplifier le mouvement" dimanche prochain pour "faire gagner la gauche rassemblée".

Reuters
Mardi 16 Mars 2010

Lu 812 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs