Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des singes retrouvent leur capacité à décider grâce à un implant neuronal




Des singes retrouvent leur capacité à décider grâce à un implant neuronal
La prouesse est un pas en avant vers la réparation de certaines fonctions cérébrales affectées chez des patients souffrant de maladies du cerveau ou de blessures. Des chercheurs, de l’Université du Kentucky et de l'Université de Californie du Sud, ont réussi à récupérer et même améliorer les capacités à prendre des décisions chez des singes qui en étaient devenus incapables. Pour cela, ils ont utilisé un dispositif neuronal bien particulier qu'ils ont placé sur la partie avant du cerveau des primates au fonctionnement cognitif normal perturbé.
Composée d'un réseau d'électrodes mesurant les signaux des neurones, la prothèse a plus précisément été placée dans deux couches corticales chez les macaques rhésus alors que ceux-ci procédaient à un exercice de reconnaissance de formes. Un test qu’ils effectuaient normalement avec un taux de réussite de 75%. Mais les chercheurs ont ensuite administré de la cocaïne aux animaux qui a eu pour effet de neutraliser une partie de leur compétence. Le taux de réussite a alors considérablement chuté lorsque les singes ont été re-soumis au même exercice.
Une fois ces étapes achevées, les scientifiques ont testé leur "modèle multi-entrées multi-sorties non linéaire" (MIMO) mis en place par le truchement de la prothèse et visant à stimuler les neurones normalement impliqués dans l'exercice de reconnaissance des formes. Ils ont alors constaté que le procédé s'avérait parfaitement efficace : les singes parvenaient à refaire l’exercice, parfois même avec de meilleures performances qu'auparavant. "La raison pour laquelle le modèle MIMO a été efficace à améliorer les performances est que nous avons "réglé" le modèle pour analyser l'allumage des neurones qui interviennent lorsque les animaux réalisent la tâche correctement", explique le professeur Sam Deadwyler, auteur de l'étude.
Concernant l'utilisation de cette méthode dans le traitement des maladies du cerveau humain, celui-ci ajoute : "Dans le cas d'une lésion ou d’une maladie cérébrale où de grandes régions [du cerveau] sont touchées, le système pourrait enregistrer, dans la région [atteinte], les entrées [d’influx] issues d'autres régions, et délivrer les ‘sorties’ appropriées vers les régions du cerveau qui reçoivent normalement les signaux de la zone blessée, ce qui rétablirait le fonctionnement perdu…". Une perspective porteuse d'espoir pour les personnes dont le cerveau souffre de lésions.

Maxisciences
Mardi 2 Octobre 2012

Lu 195 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs