Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des séjours d’un an à bord de l’ISS




Des missions à bord de la Station spatiale internationale d’un an au lieu de six mois ? C’est ce qu’envisageraient aujourd’hui les équipes spatiales dans le cadre de la préparation à un éventuel vol vers Mars. En effet, le chef du département des vols habités de l’Agence fédérale spatiale russe (Roskosmos), Alexeï Krasnov a expliqué : “Il est tout à fait probable qu’on organise des séjours d’un an à bord de l’ISS, c’est nécessaire pour étudier la possibilité de préparation à des vols plus prolongés, notamment vers la Lune et Mars. Pour le moment, il ne s’agit pas d’entraîner les cosmonautes à un vol vers la Lune”.
Actuellement, les astronautes ne séjournent pas plus de six mois à bord de l’ISS. Ils arrivent en décalé ce qui leur permet de renouveler l’équipage tous les 3 mois. Une période pendant laquelle ils réalisent de nombreuses expériences mais aussi des exercices physiques. Ce qui permet aux équipes à terre de suivre l’état de leur condition physique. Mais si les agences envisagent des séjours prolongés dans l’espace, il faudra prendre bien plus de précautions qu’actuellement et suivre de manière encore plus étroite la santé des astronautes. En effet, un voyage de plus de 6 mois pourrait avoir des conséquences physiologiques bien plus importantes.
Par ailleurs, outre ce projet, l’ISS pourrait prochainement accueillir une nouvelle expérience de simulation d’une mission martienne, de type Mars-500. Cette mission martienne simulée de 520 jours a pris fin le 4 novembre 2011 à l’Institut des problèmes médico-biologiques de Moscou et a permis aux 6 membres de l’équipage international, appartenant à diverses nationalités, (dont le Français Romain Charles, ingénieur de bord), d’effectuer près de 200 expériences scientifiques. La simulation de vol habité vers Mars permet d’étudier l’influence du confinement sur le sommeil, le moral, l’immunité et le système hormonal de l’organisme humain.
“Nous étudions la possibilité de mener l’expérience Mars-500 à bord de l’ISS, cela n’implique pas un isolement de plus de 500 jours pour l’équipage. Il importe surtout de créer des conditions d’un vol autonome dans l’impesanteur afin de se préparer aux futurs vols vers la Lune et Mars”, a ainsi précisé M. Krasnov cité par RIA Novosti.

Maxisciences
Vendredi 17 Février 2012

Lu 147 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs