Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des rythmes marocains à la City university de New York


En prévision du concert de "New York Andalus ensemble" le 5 mai prochain à Brooklyn



Des rythmes marocains à la City university de New York
"Un battement aigu, un aigu, un silence, un battement", Bendir à la main, Samuel Torjman Thomas explique patiemment le tempo au Choeur du "New York Andalus ensemble", réuni à la city university de New York (CUNY) pour une reprise de la quassida marocaine "Ana mani fiyach".
Chaque mercredi soir, l'ensemble "New York Andalus" se retrouve pour des répétitions en prévision du concert qui devrait réunir quelque 1000 personnes le 5 mai prochain à Brooklyn.
Mounira, Khadidja, Elie, Mert, Debbie, Sjimon, Schlomo, Dror, Angelica, Moshe, Ann et Fatiha forment cet ensemble cosmopolite dirigé par Samuel, ethnomusicologue, nourri depuis son plus jeune âge aux mélodies arabo-judéo-andalouses dans sa famille à San Fransisco auprès de son père, un ancien soldat en poste à Casablanca dans les années 50, et de sa mère Odette Bohbot, une juive marocaine du Moyen Atlas.
Sa musique, "ni Berbère, ni juive, ni arabe, mais tout cela à la fois" est une "fenêtre sur la culture plurielle de mes origines". Il tient à souligner ici l"'apport de la musique berbère au flamenco que l'on a tendance à occulter, et ne cache pas son rêve de pouvoir un jour interpréter les chansons de Rouicha".
Ses instruments, une derbouka, le oud ramené spécialement du Maroc, car il "rend mieux les sonorités", le bendir de chez "Cooperman" à New York et le naï, torsadé en cuivre, cadeau d'un villageois de Chefchaouen, cohabitent avec le piano et la guitare sèche. Son répertoire : "Al ala, le Gharnati, le Melhoun et le Chaabi".
La musique andalouse marocaine est "plus épurée que l'algérienne ou la tunisienne trop imprégnées, à son goût, de culture ottomane".
Tous les textes, arabe, berbère, hébreu et judéo-espagnol, sont transcrits en alphabet latin pour faciliter leur interprétation par son groupe, composé en majorité d'anglophones.
"New York Andalus ensemble" est sponsorisé par l'Université de la ville de New York, la "Foundation for iberian music" (Fondation pour les musiques ibériques), l'"Institute for sephardic studies" (Institut pour les études sépharades) et le "Middle Eastern-Middle Eastern American Center" (MEMEAC).

MAP
Mercredi 20 Février 2013

Lu 164 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs