Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des réfugiés ivoiriens voient rouge




En sit-in illimité devant le HCR-Rabat pour exiger leur réinstallation dans d’autres pays

Des réfugiés de Côte d’Ivoire manifestent depuis lundi dernier devant le bureau du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) à Rabat. Ils sont en sit-in ouvert jusqu’à ce que leurs doléances soient satisfaites. Lesquelles consistent en leur réinstallation dans un pays tiers.
«On a eu des promesses de réinstallation de la part des responsables du HCR Maroc. Ils nous ont promis d’être transférés en décembre 2016 ou au plus tard janvier dernier. Mais ces mêmes responsables nous ont subitement  indiqué que nos dossiers ont été rejetés et que nous sommes devenus des candidats inéligibles», nous a indiqué Julie Konan, une réfugiée ivoirienne. Et d’expliquer : «D’après eux, notre situation ne répond plus aux critères de réinstallation tels que définis par les Etats participant au programme de réinstallation du HCR. Ces derniers estiment que le Maroc et la Côte d’Ivoire entretiennent aujourd’hui de bonnes relations et que notre pays va bien, ce qui nous permet de rentrer chez nous ou de nous faire inscrire dans les programmes socioéconomiques du HCR ou de l’un de ses partenaires en vue de nous installer et de nous intégrer au Maroc». Des options qui ne semblent pas du goût de notre source et des réfugiés protestataires. «Le gouvernement installé en Côte d’Ivoire ne nous convient pas puisqu’il est en train d’appliquer la justice du vainqueur. Ceci d’autant plus qu’on ne peut pas obliger un réfugié à rentrer de force chez lui», nous a-t-elle déclaré. 
Une situation des plus dures à supporter par ces réfugiés qui estiment ne pas avoir d’opportunités de voyage ou de départ vers une autre destination et d’être victimes de mauvais traitements, d’injustice, de discrimination, d’insécurité, d’abandon….. Pis, ils pensent avoir été livrés à eux-mêmes et être à la merci des fonctionnaires du HCR Maroc accusés d’abuser, d’intimider, de discriminer et de persécuter les réfugiés subsahariens.  «Vu cette situation et le non-respect de la convention de Genève de 1951, nous réfugiés du Comité des 12 d’origine ivoirienne résidant durant une décennie au Maroc, nous pensons qu’il est temps de bénéficier d’une réparation comme convenu dans ladite convention et notamment dans ses articles 35 et 43», indique un communiqué émis par les réfugiés en sit-in.
De son côté, Malgorzata Bratkrajc, chargée des relations extérieures à HCR Maroc, nous a indiqué que: «concernant la réinstallation de ces réfugiés, il faut savoir que celle-ci n’est pas le seul mécanisme offert par le HCR comme solution durable. Il y a également l’intégration locale et le rapatriement volontaire vers le pays d’origine. A noter que la réinstallation concerne un nombre minime de réfugiés». En effet, sur les 16,1 millions de réfugiés relevant de la compétence du HCR à travers le monde, moins de 1% fait l’objet d’une demande de réinstallation. Durant les 11 premiers mois de 2016, le HCR a soumis les dossiers de plus de 145.500 réfugiés à l’examen des pays de réinstallation. En termes de nationalité, les principaux bénéficiaires de ces programmes facilités par le HCR ont été les Syriens (71.600), les Congolais (20.400), les Irakiens (11.000) et les Somaliens (9.600). La réinstallation consiste à transférer des réfugiés d’un pays d’asile vers un autre pays qui accepte de les admettre et de leur accorder, à terme, une résidence permanente. Le HCR est mandaté par son Statut et les résolutions de l’Assemblée générale des Nations unies pour encourager la réinstallation comme l’une des trois solutions durables.
Seuls quelques Etats participent au programme de réinstallation du HCR. Depuis ces dernières années, les Etats-Unis d’Amérique étaient le principal pays de réinstallation, le Canada, l’Australie et les pays nordiques offrant également un nombre annuel de places relativement important.
Et qu’en est-il des promesses de réinstallation faites par le HCR à ces réfugiés ? «On ne fait pas de promesses. C’est contraire à notre mission. Je crois qu’il y a eu plutôt une mauvaise interprétation de la procédure administrative de la part des réfugiés en question», nous a expliqué Malgorzata Bratkrajc. Et de poursuivre : «Pour être éligible à ce genre de programmes, le HCR sélectionne les profils le plus vulnérables. Et je ne dis pas que les personnes qui manifestent devant notre siège ne le sont pas mais le degré de leur vulnérabilité est moindre par rapport à d’autres qui sont plus dans le besoin. Les personnes en sit-in sont en majorité des hommes capables de travailler ou de participer aux programmes d’insertion socioéconomique initiés par le HCR et ses partenaires ou par le gouvernement marocain».
En outre, notre source nous a indiqué que l’année dernière a été marquée par la réinstallation de  64 personnes dont des mineurs non-accompagnés, des LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et trans) et des femmes à risque.  «Les Ivoiriens représentent  19 cas (12 ont été réinstallés au Canada, 2 en France et 5 aux USA) soit 6,5% du nombre total de cas réinstallés en 2016», nous a-t-elle précisé. Et de conclure : «Il y a encore des Ivoiriennes qu’on est en train de réinstaller. Mais, on prend prioritairement compte de leur degré de vulnérabilité». 
 

Hassan Bentaleb
Jeudi 9 Mars 2017

Lu 2699 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs