Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des parlementaires britanniques à Laâyoune

Les acteurs associatifs réitèrent leur attachement à l’Initiative d'autonomie




Des parlementaires britanniques à Laâyoune
Les membres de la délégation qui ne cachent pas leur soutien inconditionnel au Polisario et aux thèses  des séparatistes, ont élu domicile dans un hôtel de la ville qui a connu une affluence inhabituelle de personnes, généralement connues pour leur engagement séparatiste, comme Mohamed Salem Kaïhal qui, a tenté, estiment certains observateurs, de propager sa thèse anti-marocaine. 
Ces mêmes observateurs craignent la survenue de troubles et d’affrontements entre forces de l’ordre et manifestants séparatistes dans les différents quartiers de la ville, puisque des manifestants professionnels et grassement rétribués par le Polisario et ses séides algériens n’hésitent pas,  chaque fois,  que des  visiteurs étrangers sont de passage à Laâyoune, à s’organiser en bandes pour agresser les éléments des  forces de l’ordre et détruire tout sur leur passage. Par ces mouvements télécommandés par les DRS algérien mais qui ne regroupent généralement pas plus de quelques dizaines de personnes, les séparatistes tentent de donner une fausse idée aux visiteurs étrangers. 
Ce dont atteste la saisie d’un véhicule transportant un parlementaire britannique et deux de ses collaborateurs qui tentaient d'inciter les populations à l'émeute sur la voie publique à Laâyoune.
Un communiqué de la wilaya de Laâyoune publié samedi, a précisé que ce véhicule appartient à un séparatiste de l'intérieur qui accompagnait le groupe et qu’il a été saisi conformément à la loi car il ne disposait pas de documents nécessaires. Tout en exprimant leur étonnement suite à un tel comportement de la part d'un parlementaire d’un pays étranger, les autorités locales déplorent le fait qu'il ait profité de la politique d'ouverture adoptée par le Maroc envers toute personne souhaitant s'informer  de la situation dans les provinces du Sud, pour inciter les populations à l'émeute et au chaos.
Par ailleurs,  des acteurs associatifs de Laâyoune ont réitéré, samedi, leur attachement à la proposition marocaine d'autonomie comme unique solution au conflit artificiel autour du Sahara marocain.
Lors d'une rencontre avec la délégation parlementaire britannique, ces acteurs opérant dans le domaine des droits de l'Homme, ont exprimé leur attachement à la proposition marocaine d'autonomie qui a été saluée par la communauté internationale, soulignant que cette proposition garantit la dignité, la liberté et les droits de la population sahraouie, contrairement aux Marocains séquestrés dans les camps de Tindouf.
Tout en rappelant la contribution des populations locales à l'élaboration de cette proposition via le Conseil Royal consultatif des affaires sahariennes (CORCAS), ils ont appelé la communauté internationale à trouver une issue à ce conflit artificiel qui n'a que trop duré, et qui représente une  menace à la stabilité dans les régions maghrébine et sahélo-saharienne.
Par ailleurs, les intervenants ont vivement dénoncé les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf, rappelant que les Marocains séquestrés dans ces camps sont soumis à toutes les formes de torture et de maltraitance rejetées par les conventions internationales et les principes des droits de l'Homme.
Les acteurs associatifs, qui ont dénoncé les pratiques répressives du Polisario contre les manifestants dans les camps de Tindouf, toujours en sit-in de protestation contre les violations des droits de l'Homme par le Polisario et les forces algériennes, ont appelé à faciliter l'accès aux organisations internationales pour enquêter sur les conditions tragiques que vivent les Marocains séquestrés dans ces camps.
Concernant la situation des droits de l'Homme au Maroc, les intervenants ont souligné que ce chantier a connu une grande impulsion depuis l'intronisation de S.M le Roi Mohammed VI, grâce à une série de mesures multidimensionnelles visant la protection des droits de l'ensemble des citoyens.
Le Maroc, ont-ils expliqué, a réalisé un grand pas en avant dans le domaine de la protection des droits civils, sociaux et politiques, grâce à l'adoption d'un nouveau concept de l'autorité et des libertés publiques et d'un nouveau Code de la famille et la mise en place de l'Instance équité et réconciliation (IER). Et de conclure que le Maroc a réitéré son engagement à consacrer les droits de l'Homme par l'adoption, en 2011, d'une nouvelle Constitution hautement saluée tant au niveau national qu'international.

Ahmadou El-Katab
Lundi 17 Février 2014

Lu 4063 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs