Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des parasites du paludisme résistent au traitement le plus efficace en Asie




Des parasites du paludisme résistent au traitement le plus efficace en Asie
Des parasites du paludisme résistants à l'artémisine, le traitement le plus efficace contre l'infection, se sont propagés en Asie du Sud-Est, menaçant sérieusement les efforts mondiaux contre la maladie, met en garde mercredi une étude publiée aux Etats-Unis.
Les chercheurs ont analysé des échantillons de sang provenant de 1.241 personnes infectées dans dix pays en Asie et en Afrique où le paludisme est endémique. 
Ils ont constaté que la résistance du Plasmodium falciparum, le parasite responsable de la forme la plus mortelle de paludisme, est désormais fermement établie dans les régions frontalières de la Thaïlande, du Vietnam, de l'ouest et du nord du Cambodge, et de l'est de la Birmanie. 
Selon eux, il y a également des signes de l'émergence d'une résistance à l'artémisine dans le centre de la Birmanie, le sud du Laos et le nord-est du Cambodge.
En revanche, aucune indication de résistance à l'artémisine n'a été constatée dans les trois sites africains: Kenya, Nigeria et République démocratique du Congo.
Cette recherche suggère également que le fait de prolonger de trois à six jours le traitement antipaludique dans les zones où les parasites résistants sont bien établis pourrait être une solution temporaire contre l'aggravation de ce problème. "Il est peut-être possible d'empêcher la propagation de la résistance des parasites du paludisme à l'artémisine à travers l'Asie et en Afrique en les éliminant, mais cette possibilité se dissipe rapidement", estime Nicholas White de l'université d'Oxford, principal auteur de cette étude parue dans la revue médicale américaine New England Journal au Medicine.
"Les approches conventionnelles de contrôle du paludisme ne suffiront pas, nous avons besoin de mesures plus radicales et de faire de la lutte contre la résistance aux traitements antipaludéens une priorité de santé publique sans attendre", ajoute-t-il.
"Si la résistance aux antipaludéens se propage d'Asie en Afrique, la plupart des progrès importants réalisés pour réduire la mortalité résultant du paludisme seront inversés", prévient le Dr Jeremy Farrar, directeur de l'ONG britannique The Wellcome Trust.
Actuellement plus de la moitié de la population mondiale risque d'être infectée par des parasites du paludisme. 
Bien que des progrès importants aient été réalisés pour réduire le nombre de cas et de décès, plus de 600.000 personnes meurent de la maladie chaque année.
Par ailleurs, une équipe de chercheurs a identifié de nouveaux anticorps qui pourraient permettre de développer des vaccins contre le parasite Plasmodium falciparum, selon une étude publiée mercredi dans la revue américaine Science Translational Medicine.
En soumettant un grand nombre de protéines de ce parasite à des anticorps produits naturellement par le système immunitaire d'enfants infectés au Kenya, les scientifiques ont identifié de nouveaux antigènes.
Les échantillons sanguins prélevés sur ces derniers ont permis d'identifier des combinaisons d'anticorps pouvant conférer une protection totale contre le paludisme.

Libé
Samedi 16 Août 2014

Lu 346 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Spécial élections | Libé + Eté | Spécial Eté










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs