Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des morts et des dégâts importants : La côte est des Etats-Unis balayée par l'ouragan Irene




L'ouragan Irene a commencé samedi à déferler sur la côte est des Etats-Unis en remontant vers New York et en provoquant déjà des morts, des dégâts et d'importantes perturbations dans les transports. Des Etats de Caroline au Maine, plusieurs dizaines de millions de personnes se trouvent sur la trajectoire probable de ce large ouragan de catégorie 1, la plus faible sur une échelle de 5.
Au moins sept morts ont été signalés en Caroline du Nord, en Virginie et en Floride, et plusieurs millions de personnes ont reçu un ordre d'évacuation le long du littoral atlantique des Etats-Unis.
Accompagné de pluies diluviennes et de vents soufflant à 130 km/h, Irene s'est abattue à l'aube samedi (11h30 GMT) sur les côtes de Caroline du Nord. Des arbres et des lignes électriques ont été arrachés. Des rues ont été inondées ou étaient jonchées de débris, de panneaux de signalisation ou de branches d'arbres. Plusieurs millions de personnes étaient privées d'électricité samedi en Caroline du Nord, en Virginie, dans le Maryland et le Delaware. Au moins quatre personnes sont mortes en Caroline du Nord, dont un homme victime d'une crise cardiaque alors qu'il tentait de protéger sa maison. Deux personnes ont été tuées par des chutes d'arbre en Virginie et un surfeur a été emporté par les vagues en Floride. Une alerte a été lancée pour un risque de rupture de barrage sur le lac St Mary, localité de 105.000 habitants dans le Maryland, et les personnes résidant à proximité de l'édifice ont été appelées à évacuer.
Alors en catégorie 3, Irene a provoqué au cours de la semaine des inondations qui ont fait un mort à Porto Rico et au moins trois en République dominicaine. Barack Obama a écourté ses vacances d'une journée. Il s'est rendu samedi au siège de l'Agence fédérale des situations d'urgence (Fema) afin de superviser la réaction des autorités au passage de l'ouragan et il s'est entretenu par téléphone avec ses plus proches collaborateurs, dont le vice-président Joe Biden ou encore la secrétaire à la Sécurité Intérieure, Janet Napolitano. "Les prochaines 72 heures vont être longues", a dit le président américain, alors que le pays se souvient du passage dévastateur de Katrina sur La Nouvelle-Orléans en 2005.
A 23h00 (03h00 GMT), l'œil de l'ouragan se trouvait à 110 km au sud-sud-ouest d'Ocean City dans le Maryland et à 415 km au sud-sud-ouest de New York. Irene qui atteint une longueur de 780 km devait toucher New York samedi soir, heure américaine, avec la puissance d'un ouragan ou proche de celle d'un ouragan, a annoncé le Centre national des ouragans (NHC). Après son passage sur la Caroline avec moins d'intensité que prévu, il pourrait faiblir en tempête tropicale avant de toucher dimanche les Etats de la Nouvelle-Angleterre mais le NHC a prévenu qu'il resterait tout de même accompagné de vents violents, de fortes précipitations et d'une hausse dangereuse du niveau de la mer. "J'inviterais la population à ne pas trop s'attarder sur ces histoires de catégorie 1, 2 ou 3 (...) Un ouragan, c'est quelque chose de grave", a dit Janet Napolitano.
A New York, les autorités ont pris la décision sans précédent d'ordonner l'évacuation de 370.000 habitants dans des quartiers susceptibles d'être inondés, notamment à Brooklyn, dans le Queens et à Manhattan.
Le NHC prévoit une hausse provisoire du niveau de la mer qui pourrait atteindre 2,5 mètres dimanche à Long Island et dans le centre de New York. "C'est une tempête qui, si vous vous trouvez au mauvais endroit et au mauvais moment, peut être mortelle", a mis en garde le maire de New York, Michael Bloomberg, dans l'une de ses nombreuses adresses à la population.
Les aéroports et une grande partie du réseau de transports en commun de New York ont été fermés. Plus largement, les transports aériens, ferrés et routiers sont fortement perturbés tout le long de la côte est des Etats-Unis. Le secrétaire à la Défense, Leon Panetta, a indiqué que l'armée se tenait prête à venir en aide aux populations, plus de 100.000 membres de la Garde nationale étant à disposition si nécessaire dans les Etats de l'est des Etats-Unis. 

Reuters
Lundi 29 Août 2011

Lu 470 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs