Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des morts et des blessés par dizaines sur les routes marocaines : Triste anniversaire




Des morts et des blessés par dizaines sur les routes marocaines : Triste anniversaire
Deux ans déjà que l’on s’est, paraît-il, doté d’un nouveau Code de la route dont l’application devait réduire la dangerosité de nos routes. Depuis, on n’a cessé de compter nos morts et nos blessés. Même si, entre-temps, un nouveau gouvernement s’est mis en place, avec à la clé, un nouveau ministre à la tête de l’Equipement et des Transports. Abdelaziz Rabbah de son nom a surtout fait l’actualité au lendemain d’un accident des plus tragiques sur le col de Tichka ayant coûté la vie à 42 personnes et fait des dizaines de blessés. Le ministre PJD a alors multiplié les déclarations et annoncé des mesures draconiennes pour stopper l’hémorragie. Pour lui, la responsabilité incombe à l’élément humain et à la vétusté des véhicules. Ce qui n’a pas beaucoup plu aux professionnels dont certains ont déjà observé des grèves alors que d’autres s’y préparent.
Pendant ce temps, l’hécatombe se poursuit sur nos routes. Le bras de fer entre le ministère et les professionnels aussi. D’accident en accident, de drame en drame et de communiqué en déclaration, la réalité n’est pas faite pour changer. La situation empire et le nombre d’accidents, de morts et de blessés augmente en ce deuxième anniversaire du Code de la route qui a fait couler beaucoup d’encre et  coûté cher à l’Etat. Ni les radars ni les mesures contenues dans ledit Code n’ont pu arrêter cette guerre des routes qui continue à faire des victimes. Le ministère a annoncé l’installation de commissions de contrôle à tous les niveaux pour faire face aux nombreuses irrégularités qui entachent le secteur. Etat des véhicules, surcharge, excès de vitesse et arrêt non réglementaire sont, entre autres, les dysfonctionnements que Rabbah prétendait combattre avec ces fameuses commissions qui n’ont eu aucun effet sur l’état des lieux, car le nombre d’accidents ne fait qu’enfler. Dans la plupart des gares routières du pays, c’est l’anarchie totale. Aucun respect du nombre de voyageurs à transporter, ni des normes techniques requises pour un véhicule. Il en va de même pour les contrôles de la vitesse sur les routes ou à la sortie des gares routières.
Après l’annonce de l’installation de ces commissions et de ces mesures draconiennes, on a fait vite d’oublier. Et le ministre s’est consacré à la propagande du parti de la lampe dans les régions alors que la route continuait à tuer. Il faut dire que le gouvernement Benkirane excelle dans les discours creux et les promesses sans lendemain.

KAMAL MOUNTASSIR
Mardi 2 Octobre 2012

Lu 626 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs