Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des milliers de Syriens quittent Alep




L'ONU prépare des pourparlers de paix

Au moins 25.000 civils et rebelles sont sortis de la ville syrienne d'Alep depuis le début des opérations d'évacuation commencées il y a cinq jours, a affirmé mardi à l'AFP une porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge.
" Lundi seulement, nous avons évacué 15.000 personnes d'Alep-Est. Depuis jeudi, le total est de 25.000", a indiqué Ingy Sedky, précisant que des "milliers" attendaient encore d'être évacués du réduit rebelle de la deuxième ville de Syrie.
Parmi ceux qui ont été évacués dans la nuit figurent 14 blessés se trouvant "dans un état grave", tandis que plusieurs autres ont quitté mardi matin à bord de bus, a-t-elle précisé.
Le directeur de l'Union des Organisations de Secours et Soins Médicaux dans le sud de la province d'Alep, Bachar Babbour, a affirmé à l'AFP que huit bus étaient arrivés en zone rebelle mardi matin avec à bord des personnes évacuées dont des blessés.
"Leur état est lamentable, tout le monde avait froid (...) il y avait un vieil homme qui grelottait", a-t-il dit.
"Il y a des équipes de spécialistes qui s'occupent de leurs besoins comme la nourriture et l'eau", a-t-il ajouté, précisant que beaucoup demandaient une connexion Internet pour communiquer avec leurs proches.
Parallèlement, toujours selon le CICR, 750 personnes ont quitté jusqu'à présent Foua et Kafraya, deux localités chiites assiégées par les jihadistes dans la province d'Idleb (nord-ouest), voisine de celle d'Alep.
Ces évacuations simultanées ont eu lieu en vertu d'un accord conclu entre la Russie et l'Iran, d'une part et la Turquie, parrains respectifs du régime et de la rébellion.
Plusieurs milliers de Syriens affamés et traumatisés ont quitté depuis jeudi dernier la dernière enclave rebelle assiégée d'Alep, ville que l'armée est parvenue à contrôler quasi-totalement après un mois d'une violente offensive aérienne et terrestre.
Le secteur oriental de l'ex-capitale économique de Syrie était aux mains des rebelles depuis 2012 et sa conquête représente la plus importante victoire du régime de Bachar al-Assad dans la guerre en Syrie.
Par ailleurs, l'émissaire des Nations unies Staffan de Mistura, encouragé par ces développements, a annoncé "l'intention de l'ONU de convoquer des négociations à Genève le 8 février" entre les parties syriennes -régime et opposition- en vue d'un règlement politique du conflit.
Entre-temps, il devait suivre avec intérêt la rencontre d’hier à Moscou des ministres des Affaires étrangères et de la Défense de Russie, d'Iran et de Turquie, sur le conflit syrien où sont impliqués de multiples belligérants soutenus par différentes puissances régionales et internationales.

Libé
Mercredi 21 Décembre 2016

Lu 510 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs