Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des membres des services secrets afghans tués par des talibans




Des membres des services secrets afghans tués par des talibans
Quatre membre des services secrets afghan (NDS) ont été tués samedi lors d'une attaque suicide des talibans suivie d'échanges de tirs à Jalalabad (est), a annoncé à l'AFP Ahmad Zia Abdulzaï, le porte-parole du gouverneur de la province de Nangarhar.
Deux hommes ont fait exploser leurs véhicules aux portes du bureau local du NDS à Jalalabad et six autres ont ensuite ouvert le feu sur les membres des services de renseignement, selon M. Abdulzaï. Les échanges de tirs se sont poursuivis tout au long de la matinée.
 "L'attaque sur le bureau local du NDS est maintenant terminée. Tous les insurgés qui ont lancé l'attaque à l'aube ont été tués par les forces de sécurité afghanes", a ajouté le porte-parole de la province toute proche de la frontière pakistanaise.
 Le bilan est de quatre morts et sept blessés du côté du NDS, selon la même source qui ajoute que plus de vingt civils ont été blessés dans l'attaque.
 Un peu plus tôt dans la matinée, le Dr Najeebullah Kamawal, chef de l'hôpital public de Nangarhar, avait fait état de "six morts et 46 blessés", dont 26 ont été admis dans l'établissement. Selon M. Kamawal, les blessures étaient dues à des éclats de verre.
 De leur côté, les talibans, via leur porte-parole Zabihullah Mujahid, ont revendiqué l'attaque affirmant que plusieurs membres du NDS avaient été tués ou blessés au cours de l'assaut.
Le NDS, ennemi notoire des talibans, a déjà été la cible à plusieurs reprises d'attaques des insurgés.
 En décembre 2012, le chef du NDS, Asadullah Khalid, a été grièvement blessé dans un attentat perpétré par un émissaire taliban qui avait fait exploser une charge explosive cachée dans ses sous-vêtements.
 Les attaques des talibans sur les symboles du pouvoir ont été nombreuses ces dernières semaines, les talibans cherchant à déstabiliser le fragile Etat afghan, en pleine crise politique autour de la désignation d'un nouveau président pour succéder à Hamid Karzaï qui a conduit le pays pendant 13 ans.
 Les provinces de l'est, proches de la frontière pakistanaise, notamment, ont été particulièrement touchées avec plusieurs attaques sanglantes, dont un attentat suicide qui a fait plus d'une quarantaine de morts sur un marché de la province de Paktika.
 L'Afghanistan pourrait envoyer son ministre de la Défense, Bismillah Mohammadi,  au sommet de l'Otan en septembre, le blocage politique entre les deux candidats à la présidence n'ayant pas encore permis la désignation du successeur de Hamid Karzaï, a annoncé dimanche le porte-parole du président sortant.
 "Nous nous préparons à envoyer le ministre de la Défense au sommet de l'Otan pour représenter le gouvernement afghan si le nom du nouveau président n'est pas proclamé avant le sommet", a écrit Aimal Faizi dans un message à l'AFP.
M. Karzaï a fait savoir qu'il ne se rendrait pas lui-même au sommet à Newport, au Pays de Galles, les 4 et 5 septembre.
 Si le blocage politique n'est pas surmonté d'ici au sommet, c'est donc un ministre afghan qui sera l'interlocuteur des chefs d'Etat en Grande-Bretagne.
 

AFP
Lundi 1 Septembre 2014

Lu 89 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs