Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des législatives dénaturées par l’utilisation de l’argent sale, l’exploitation des biens publics et l’implication des agents d’autorité


Y aurait-il une volonté de réduire la présence des partis du mouvement national dans l’institution parlementaire ?



Les élections législatives du 7 octobre 2016 ont été marquées par plusieurs irrégularités concernant le processus électoral de la campagne, le jour du vote et lors du dépouillement, du recensement des votes et de la proclamation des résultats. 
La campagne électorale a été marquée par le recours massif  à  l’argent pour soudoyer les électeurs ainsi que par l’intervention des agents d’autorité pour soutenir certains candidats.
Quelques irrégularités ont été enregistrées le jour du vote. Par exemple, certains partis ont poursuivi leur campagne électorale le jour même du vote, les interventions de certains présidents des bureaux de vote, le recours à certaines pratiques illégales comme prendre les photos des bulletins de vote dans l’isoloir, etc.
Mais ce qui laisse perplexe, c’est que le ministère de l’Intérieur s’est précipité d’annoncer les résultats alors que les commissions de recensement n’avaient pas encore terminé leurs travaux en organisant un point de presse vers 1 heure du samedi 8 octobre. Les médias publics ont fait de même.
En effet, on a enregistré du retard dans le démarrage des travaux des commissions provinciales de recensement, car celles-ci n’avaient  commencé à recevoir les procès-verbaux des bureaux centraux que vers minuit, alors que d’autres n’ont terminé leurs travaux qu’à l’aube du dimanche 9 octobre, et dans plusieurs cas jusqu’à 8 heures et demie du même jour.
La même remarque s’impose quant à la liste nationale, le ministère de l’Intérieur a annoncé les résultats à la mi-journée du samedi 8 octobre, alors que la Commission nationale de recensement n’avait pas encore commencé ses travaux et que le nombre de procès-verbaux qu’elle avait reçu vers 13 heures 30 le  samedi n’a pas dépassé 20 sur 92.
Le communiqué du ministère de l’Intérieur a souligné que les résultats de la liste nationale restent provisoires en attendant que la  commission nationale de recensement les valide, ce qui est tout à fait aberrant, car c’est cette commission qui est censée en vertu de la loi annoncer les résultats et non le ministère de l’Intérieur.
Pis encore, jusqu’à 10 heures du samedi dernier (8 octobre 2016), le représentant du parti à la Commission nationale de recensement s’est présenté au siège du ministère de l’Intérieur et a été informé ladite Commission n’a pas encore reçu les procès-verbaux et qu’on allait l’appeler ou appeler le parti après, alors que le ministère avait annoncé les résultats vers 11 du soir du vendredi 7 octobre.
Comment le ministère de l’Intérieur ose-t-il annoncer des résultats alors qu’à Kénitra, la commission provinciale de recensement n’a terminé ses travaux qu’à 8 heures et demie du samedi 8 octobre et à Berkane à 3 heures et demie ? Idem à Nador. Car les médias publics ont annoncé les résultats alors que le président de la commission de recensement n’est arrivé que vers 1 heure du matin du samedi et que cette commission n’a terminé ses travaux que vers 7 heures du même jour. A Al Hoceima, la commission provinciale de recensement n’a terminé ses travaux que vers 8H30 heures du samedi 8 octobre, alors que les procès-verbaux de quelques bureaux de vote ont été adressés aux autorités locales au lieu des bureaux centraux.
On a également enregistré des irrégularités dans plusieurs villes. C’est le cas à Errachidia où le candidat du parti dans cette circonscription a affirmé que les voix de trois urnes en faveur de l’USFP ont été attribuées au candidat d’un autre parti politique et à Figuig où jusqu’à 11 heures du matin du samedi 8 octobre, la commission provinciale de recensement n’avait pas terminé ses travaux, alors que personne n’a voté dans un bureau de vote à la commune de Boumeriem, et à la fin du vote, on a annoncé 7000 voix attribuées à d’autres partis politiques.
Mais la question qui s’impose après cet aperçu sur les irrégularités qui ont entaché  le processus électoral est : quel enseignement peut-on en tirer?
Tout d’abord, on constate que le nombre de partis ayant un groupe parlementaire est passé de 8 à 6 partis, car deux partis à savoir l’UC et le PPS ont perdu leurs groupes respectifs, alors que l’USFP a gardé le sien.
Autre remarque : les résultats des élections ont montré que seulement 11 partis politiques ont pu accéder au Parlement contrairement aux précédentes élections législatives, du fait que le nombre de partis représentés au Parlement était élevé.
En plus, il semble qu’il y a une volonté de réduire la présence des partis du mouvement national dans l’institution parlementaire ainsi que leur représentativité ; de même que le fossé se creuse entre les deux nouveaux phénomènes dans le champ politique marocain et les autres partis politiques. Cela ne risquerait-il pas de porter atteinte à la pluralité ayant caractérisé le champ politique marocain et partant pousser vers une bipolarité politique artificielle ? Cela ne préfigure-t-il pas une sorte de fascisme ?
 

Résultats des législatives du 7 octobre

- PJD : 125 sièges (98 : liste locale, 27 : liste nationale)
- PAM : 102 sièges (81 : liste locale, 21 : liste nationale)
- PI : 46 sièges (35 : liste locale, 11 : liste nationale)
- RNI : 37 sièges (28 : liste locale, 9 : liste nationale)
- MP : 27 sièges (20 : liste locale, 7 : liste nationale)
- USFP : 20 sièges (14 : liste locale, 6 : liste nationale)
- UC : 19 sièges (15 : liste locale, 4 : liste nationale)
- PPS : 12 sièges (7 : liste locale, 5 : liste nationale)
- MDS : 3 sièges (3 : liste locale, 0 : liste nationale)
- FGD : 2 sièges (2 : liste locale, 0 : liste nationale)
- PUD : 1 siège 
- PGVM : 1 siège

T. Mourad
Lundi 10 Octobre 2016

Lu 1274 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs