Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des intellectuels marocains réclament le retour de “Macharif”




Rares les émissions qui ont fait l’objet d’une telle campagne de solidarité, après leur disparition. Les responsables de la première chaîne de télévision nationale TVM se trouvent dans un grand embarras. Et pour cause, les intellectuels du pays, y compris les plus éminents,  ont souligné leur attachement à l’émission culturelle «Macharif», qui vient d’être interdite subitement et étrangement d’antenne. En effet, ce sont les Tahar Benjelloun Abdellatif Laâbi, Mohamed Berrada, Fatima Mernissi, Malika Assimi, Mohamed Achaari, Abderrafie Jawhari, Ahmed Madini, Tayeb Saddiki, Mohamed Bennis…et plus de cent autres signataires qui se sont soulevés pour dénoncer une telle interdiction. Pour eux, l’émission culturelle "Macharif" a constitué, ces dernières années, l’un des rares espaces de débat et d’échange culturels sérieux, sur le calendrier des programmes de la télévision nationale "Al Aoula".
«Prenant acte de cette opportunité qu’offre "Macharif" à l’intellectuel marocain, en lui permettant de se pencher sur l’actualité, nous soulignons la priorité d’associer l’acteur culturel dans ce débat sociétal, et dénonçons ce stratagème qui vise à mettre fin à l’une des rares émissions culturelles de la télévision nationale, permettant une présence de voix d’intellectuels marocains à travers les médias publics », ont-ils souligné par voie d’un communiqué qu’ils ont signé à cet effet.
Les intellectuels marocains, comme aussi les institutions culturelles nationales, telles que l’Union des écrivains du Maroc (UEM) et la Maison de la poésie au Maroc, ont également dénoncé «cette hégémonie de la pensée sécuritaire sur les médias publics, qui entrave toute ouverture sur la dynamique et les mutations que connaît notre pays».
Présentée chaque mercredi par le poète Yassin Adnan, l’émission qui vient de disparaître sans aucune explication ni justification de la part des responsables de la première chaîne, allait entrer dans un cycle d’analyses sociologiques autour de la dynamique sociopolitique qui prévaut actuellement au Maroc. La presse nationale a en effet lié cette disparition et l’accompagnement de cette dynamique sociétale. Un retard historique que risque d’aggraver cette décision arbitraire.    

Mustapha Elouizi
Mardi 24 Mai 2011

Lu 730 fois


1.Posté par said le 24/05/2011 20:09
je trouve inopportun et inexplicable la décision de la chaine marocaine d annuler le magazine Macharif de sa programmation télevisuelle surtout il s agit d une chaine publique danslaquelle la cuture brille par son absence.DE meme je trouve peu raisonnable la campagne contre le festival mawasine, on doit lutter pour que toutes formes d art et de culture trouveront leur place dans ce pays sans tomber dans le populisme et la demagogie.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs