Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des immigrés subsahariens transformés en esclaves à Tamanrasset : Le département d’Etat américain accuse Alger de trafic d’humains




Panique générale à Alger. Les réunions des hautes autorités se relaient depuis une semaine. La plus récente date d’hier. Trois délégations ministérielles  se sont réunies au siège du ministère des Affaires étrangères pour répondre au rapport accablant du département d’Etat américain. La copie de la Maison blanche ne fait pas le bonheur des autorités algériennes. Non seulement Washington accuse directement Alger d’encourager le trafic d’humains sur son territoire, et le classe à la tête des pays africains où ce commerce est devenu florissant. Pire, le rapport accuse également Alger de laxisme dans la lutte contre l’immigration clandestine vers l’Europe. Et d’ajouter que les pays voisins subissent les conséquences de ce laxisme qui favorise, entre autres, l’une des pratiques inhumaines abolies à l’échelle internationale, à savoir l’esclavagisme.
Selon le rapport, au sud de l’Algérie, plus précisément dans la région de Tamanrasset, les Subsahariens, privés de leurs pièces d’identité et menacés de prison, sont traités inhumainement par les trafiquants qui les obligent à effectuer des travaux forcés dans des chantiers de construction, des exploitations agricoles et même dans des mines. Les femmes seraient, selon  les Américains, victimes d’abus sexuels. Elles sont exploitées par des réseaux de prostitution. Leurs enfants sont vendus au prix fort aux réseaux terroristes locaux pour en faire de futurs mercenaires ou des jihadistes. Plusieurs immigrés clandestins subsahariens qui ont échappé miraculeusement à leurs «propriétaires» en témoignent. D’après eux, pour atteindre les sols marocain, tunisien et libyen, il faut payer un droit de passage. En outre, le contrôle  est presque inexistant au niveau des frontières sud du pays. 
Les autorités algériennes rejettent en bloc le contenu dudit rapport. Le ministre de la Justice, Taieb Belkhir, a souligné la semaine dernière que l’Algérie répondra officiellement au rapport qui ternit son image à l’échelle internationale. D’où la rencontre d’hier au ministère des Affaires étrangères algérien à laquelle ont également pris part trois délégations des ministères de la Justice, de l’Intérieur et de la Défense. «Une rencontre consacrée à l’étude du contenu dudit rapport et à préparer une réponse argumentée pour remettre les pendules à l’heure», ont affirmé les officiels algériens.
Pour sa part, Farouk Ksentini, président de la Commission nationale consultative pour la protection et la promotion des droits de l’Homme, a affirmé qu’«Alger est victime d’une tentative de ternir son image après que le pays ait repris son rôle de leadership dans la région». Et de conclure : «La loi algérienne est ferme  et claire contre le trafic d’humains qui n’existe pas en Algérie».

Rida ADDAM
Jeudi 7 Juillet 2011

Lu 513 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs