Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des immigrés clandestins prennent d’assaut Mellilia

360 personnes ont tenté hier de forcer la barrière de la ville




Des immigrés clandestins prennent d’assaut Mellilia
Quelque 60 immigrants clandestins ont tenté, hier matin, de sauter les barrières grillagées séparant le préside occupé de Mellilia, du reste du Maroc. Cette tentative intervient après une autre  de 300 personnes durant la nuit.
« Vers 7 heures (06h00 GMT), 150 immigrés environ ont tenté de sauter les barrières au niveau de la zone nommée Cortados de Aguadú, et presque 60 d’entre eux ont pu entrer dans la ville », a précisé le porte-parole de la délégation du gouvernement à Mellilia. La même source a ajouté qu’«une autre tentative a été enregistrée vers 3 heures menée par 300 immigrés mais qui ont échoué dans leurs desseins».
Selon l’agence espagnole Europa Press, la Guardia Civil a pu, hier, déloger 25 immigrés  d’un édifice à Mellilia où ils s’étaient retranchés pour fuir les forces de l’ordre qui les avaient poursuivis. Après plusieurs heures de tractations, ils ont été convaincus par les forces de l’ordre de se rendre au Centre de résidence temporaire pour les immigrés.
Selon les statistiques du ministère de l’Intérieur espagnol, entre le 1er janvier et le 17 septembre 2013, environ 3.000 clandestins ont tenté de franchir la barrière grillagée de Mellilia et 1.610 immigrants avaient tenté leur chance de  la même manière en 2012.
A rappeler que la longueur de ces barrières grillagées est de 11 km et leur hauteur est de 7 mètres, ce qui complique la tâche de ces immigrés clandestins et peut parfois leur coûter la vie. Comme ce fut le cas en novembre 2013, lorsqu’un immigré a trouvé la mort lors de la tentative de 200 clandestins d’entrer de force à Mellilia.
La tâche des clandestins deviendra encore plus difficile après la décision controversée du ministère de l’Intérieur espagnol d’installer des fils de fer barbelés dans  la partie supérieure des barrières desquelles ils avaient été supprimés en 2006. Cette décision a provoqué un tollé général parmi des organisations de défense des droits de l’Homme et des partis politiques tels que le Parti socialiste espagnol.
 

T.M
Mercredi 15 Janvier 2014

Lu 261 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs