Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des hommes armés attaquent une base de l'ONU au Soudan du Sud

47.500 personnes vivent à l'intérieur de la base de Malakal




Des hommes armés ont ouvert le feu sur des civils réfugiés dans une base de l'ONU au Soudan du Sud dans une attaque qui a démarré mercredi soir et qui était toujours en cours jeudi matin , ont indiqué jeudi des habitants et des rebelles.
 "Ils ont tué sept personnes et 32 ont été blessées, dont un jeune garçon dont le père a été tué", a déclaré un habitant, Jacob Nhial, s'exprimant depuis cette base de l'ONU située à Malakal, dans le nord du pays. Des rebelles soudanais ont également fait état de cette attaque, mais le nombre des victimes ne pouvait être confirmé de source indépendante.
 Plus de 47.500 personnes vivent à l'intérieur de la base de Malakal, une partie des 200.000 civils réfugiés dans les huit bases onusienne dans le pays déchiré par une guerre civile depuis 2013.
 Les échanges de tirs, qui ont débuté mercredi soir, se poursuivaient jeudi.
 "Ils ont tiré avec des Kalashnikov et des mitrailleuses (...) la situation est toujours très tendue, les gens se cachent", a ajouté M. Nhial.
 La base de Malakal se situe dans une zone contrôlée par le gouvernement de Juba, à la lisière des territoires tenus par la rébellion.
 L'opposant historique Lam Akol, originaire de Malakal, a condamné une attaque "cruelle et lâche contre des civils innocents et non armés".
 L'ONU a par le passé affirmé que les attaques des ses bases au Soudan du Sud pouvaient constituer un crime de guerre.
 En avril 2014, au moins 48 civils avaient été tués dans un assaut d'hommes armés contre la base de l'ONU à Bor (est). Les Casques bleus avaient répliqué, tuant au moins dix assaillants.
 Le Soudan du Sud était devenu indépendant en juillet 2011, après des décennies de conflit avec Khartoum. La guerre civile a éclaté en décembre 2013 à Juba, lorsque le président Salva Kiir a accusé son vice-président, Riek Machar, de fomenter un coup d'Etat.
 Plus de 2,3 millions de personnes ont été chassées de chez elles et des dizaines de milliers tuées par la guerre et les atrocités à grande échelle dont sont responsables les deux camps. Le Soudan du Sud est aussi dans une situation humanitaire catastrophique.
 A la mi-février, le président Kiir a réinstallé M. Machar, devenu chef de la rébellion, comme vice-président dans le cadre d'un accord de paix signé en août 2015. M. Machar ne s'est pas encore rendu à Juba pour prendre ses fonctions, alors que les combats se poursuivent entre armée régulière et différents groupes rebelles locaux.

Vendredi 19 Février 2016

Lu 153 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs